Max Linder s'est marié

 

   En avons-nous vu, naguère de ces films rapides et amusants qui portaient comme titre: «Max fait ceci...» ou «Max fait cela...!» Tour à tour nous avons applaudi Max alpiniste, Max toréador, Max automobiliste, Max cambrioleur, Max patineur, Max aviateur, Max explorateur, que sais-je? Dans la plupart de ces films, d'ailleurs, Max, au cours des derniers mètres de la bande prenait dans ses bras une suave blonde et photogénique fiancée (qui n'était jamais la même).

   Hier matin, aux environs de midi, les personnes qui passaient place Victor-Hugo, devant l'église de Saint-Honoré-d'Eylau, ont pu voir Max dans un rôle «vécu» encore plus intéressant: le célèbre acteur cinématographique se mariait, au vrai, avec une ravissante jeune fille – qui pour être délicieusement jolie n'était pourtant pas une «star».

   Très brune, gracieuse au possible, dans sa toilette blanche ornée des traditionnelles fleurs d'oranger, la mariée descend d'une auto de blanc fleurie.

   Max Linder, en jaquette et haut-de-forme suit. Précédé des suisses en grand uniforme, le cortège, composé d'amis intimes et de quelques personnalités du cinéma et du théâtre, s'engouffre sous le dais qui orne la porte de l'église. Tandis que les orgues retentissent, les mariés prennent place devant l'autel éclatant de lumières. M. Gabriel Leuvielle, dit Max Linder, 35 ans, artiste cinématographique, est uni à Mlle Hélène Peters par le prêtre qui, dans une courte allocution, les félicite de leur bonheur.

   L'office est fini. Les personnes présentes – très peu nombreuses, car la cérémonie avait été tenue secrète – félicitent les nouveaux époux qui, bientôt, montent dans leur automobile – une auto qui n'est pas du tout cinématographique, car ses roues tournent dans le sens de la marche...

   Pour une fois, cette semaine, Max Linder figurera, sur les écrans, dans les «vues d'actualité.» (L'Impartial, 4.8.1923)