CINEMATOGRAPHE

 

 

    Notre pauvre ami Max Linder, qu'on a surnommé "le roi du rire" au cinéma, et qui triomphait actuellement à l'Olympia, vient d'être pris subitement d'une très violente attaque d'appendicite, nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence. Hier soir, une ambulance automobile venait le prendre à son domicile, en plein boulevards. Pour le porter sur un brancard jusqu'a la voiture, il fallut traverser le trottoir entre une double haie badauds, qui n'avaient pas tarde à s'attrouper. Sur sa couchette, malgré la couverture haut tirée, et une casquette sur les yeux, sa pauvre tête amaigrie par la souffrance apparaissait blême sur le pâle oreiller. Ses traits ont tellement été popularisés par l'affiche et le cinéma que, dans le public des gens le reconnurent. On chuchotait: "C'est Max Linder!... C'est Max Linder!" Cruelle ironie: aux murs d'une palissade, érigée à deux pas de sa porte, s'étalait une affiche silhouettée par Mahut, le représentant, avec cette devise moqueuse: "M'as-tu vu, à l'Olympia?"... Puis ce fut jusqu'à la salle d'opération, à travers Paris, un lent voyage terriblement pénible. A chaque cahot correspondait une douleur plus aigué, un cri plus lamentable. A dix heures et demi, son état s'étant aggravé d'heure en heure, on le portait sur la table d'opération. Avant de se laisser endormie, il dit d'une voix faible au chirurgien (un ami appelé en toute hâte à la dernière minute, qui fit preuve d'un dévouement et d'un zèle admirables): "Je n'ai pas peur... J'ai l'habitude des "opérateurs"... Vous savez, si vous aviez fait venir ici un cinématographe, et que cela ait été le dernier scénario que je joue là, vous auriez pu vendre très cher le film à M. Pathé!"

Max Linder silhouettée par Mahut

                          [Source: Comœdia, 14.6.1910]

Et tandis que ce pauvre Linder grimaçait sous le chloroforme, sur les boulevards le public de l'Olympia et aussi dans les cinémas voyait défiler sous ses yeux (juste à cette même heure) un Max Linder tout sautillant, souriant et endiablé qui faisait pouffer de rire la salle!... ARMAND MASSARD P.S. - l'opération subie par Max Linder a parfaitement réussi. Mais son état demeure grave, par suite des complications possibles. [ARTICLES DE PARIS ... ET D'AILLEURS] (La Presse, 10.11.1910)

 

 

 

    Dans les théâtres, hier soir, un fâcheux bruit circulait au sujet de l'état de Max Linder, le comique bien connu. Ce matin, plusieurs artistes, mis au courant de son état grave par un article de la Presse, paru hier, sont venus aux nouvelles. Nous avons été heureux de pouvoir les rassurer. Ce matin, en effet, les médecins ont bon espoir, et considèrent comme sauvé notre ami Max Linder. (La Presse, 11.11.1910)