voriges Stück  <<          Index             >>  nächstes Stück 

 

La belle marseillaise

[Drame] — Szenario: Pierre Berton — Ausstattung: Lemeunier — Länge: 4 Akte (5 Bilder) — Interpreten: MM. André Brulé (Crissenoy); Castillan (Bonaparte); Alphonse Dieudonné (marquis de Tallemont); Jean Liézer (Cambacérès); Moreau (Regnier); Moret (Brutus); Synès (Fouché); Vincent Denizot (Rapp); Albert Reusy (Saint-Réjant); René Gréhan (Junot); Vaslin (Barral); Champdor (Léonidas); Brunet (Cobentzel); Brenner (Bernard); Max Linder (Caulaincourt); Bénard (de Rémusat); Norel (Duroc); Dalaine (Fesch); Desvarennes (Borghèse); Daumouche (petit François); Sylvain (un domestique); Georges Dubois (un volontaire); Granie (Murat); Bernard (Lannes); Rifus (Roustan); Laloue (Lebrun); Rollin (premier passant); Richet (deuxième passant) — Mme. Maud Amy (Jeanne de Briantes); Jane Béryl (Joséphine); Camille Preyle (Hortense); S. Vallier (Pauline); Adrienne Dherblay (Virginie); J. Lambert (Blanche); Talmont (Mme Lannes); Rainville (Mme de Rémusat); Théray (Mme Junot); Suzanne Desroches (Caroline); Yriane (Céphise); Jane Maylianes (Irène); Andrée Divonne (une femme); Cambardi (Aurélie) — [Premier tableau: Le Restaurant de la Belle Marseillaise. — Deuxième tableau: La Machine infernale. — Troisième tableau: Bonaparte aux Tuileries. — Quatrième tableau: Nuit de Noël. — Cinquième tableau: Le Consul et l'Empereur.] — Premiere: 3. März 1905 (Paris/Théâtre de l'Ambigu) — 91 Vorstellungen

 

Szenenfoto aus La Belle Marsaillaise

Szenenfoto 3. Aufzug (Le Théâtre, 15.4.1905)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beschreibung/Kritik:

 

T. W. Pierre Berton, der Verfasser von "Zaza", hat ein neues Schauspiel geschrieben, "La Belle Marseillaise", das mit sehr großem Erfolge im "Théâtre de l'Ambigu" gespielt wird. Es gibt selbst in Frankreich nur wenige Leute, die sich so auf Bühnentechnik verstehen, so geschickt ihre Szenen zu steigern und ihre Wirkungen zu verteilen wissen wie Pierre Berton, und auch die "Belle Marseillaise" ist mit dieser sicheren Bühnenkenntnis geschrieben. Das alte "Ambigu", das früher ein ganz derbes und volkstümliches Rührstücksgenre pflegte, sucht jetzt unter dem neuen Direktor Grisier die melodramatische Gattung ein wenig zu veredeln. Das neue Schauspiel Pierre Bertons ist ein solches veredeltes Melodram, und besonders in den letzten Akten klingt durch das laute Gedröhn des effektreichen Volksdramas sehr oft der feinere Ton der Intriguenkomödie hindurch. Das Stück spielt im Jahre 1804, in den Tagen, in denen der General Bonaparte sich aus dem "ersten Konsul" in den Kaiser Napoleon verwandelte. Die "schöne Marseillaiserin" heißt eigentlich Baronin Jeanne de Tallemont, sie ist die Gattin eines alten royalistischen Verschwörers, des Barons de Tallemont, und sie sitzt nur an der Kasse des Restaurants zur "Belle Marseillaise", weil der alte Verschwörer das so wünscht. Tallemont, der Jeanne aus den Kerkern der Revolution gerettet und sie zwar geheiratet, aber stets nur wie eine Tochter behandelt hat, plant mit einigen Genossen jenes Bombenattentat gegen Bonaparte, das unter dem Namen "Attentat der Rue de Saint-Nicaise" in den Geschichtsbüchern verzeichnet steht. Er hat, um bequemer komplottieren zu können, das Restaurant gemietet und die Wirtsschürze umgebunden, und sieht es nicht ungern, daß der junge Oberst Crisnoy, der Adjutant Bonapartes, der schönen Jeanne den Hof macht. Die Bombe explodiert, Bonaparte bleibt unversehrt, und die schlecht unterrichteten Beamten des Polizeiministers Regnier glauben, daß Tallemont durch die Bombe zerschmettert worden. Aber Tallemont lebt, er entflieht in einer Verkleidung, und er findet vor dem ersten Fallen des Vorhanges noch Zeit, dies seiner Gattin flüsternd anzumelden. In den folgenden Akten sieht man Bonaparte und die Seinigen in den Tuilerien und in den Gärten von Saint-Cloud. Bonaparte hat durch den unbeliebten, aber tüchtigen Fouché erfahren, daß Tallemont heil und gesund entkommen, und daß die "schöne Marseillaiserin" Frau Baronin Tallemont ist, und da der Oberst Crisnoy gerade von seiner Liebe zu Jeanne gesprochen hat, stellt Bonaparte die junge Frau vor die Wahl, entweder alles zu gestehen oder Crisnoy zu heiraten. Die arme Jeanne will nicht verraten, daß der Verschwörer noch lebt, sie will auch nicht bei Lebzeiten ihres Gatten den geliebten Crisnoy heiraten, und in diesem Dilemma sucht sie nach einem Ausweg. Sie läßt sich in Gegenwart des ganze Hofes mit dem hochbeglückten Crisnoy trauen; aber sie verweigert dann dem zweiten Gatten all jene ehelichen Gaben, die der erste Gatte nie gefordert hat, und erzählt dem jetzt nicht mehr beglückten Crisnoy die volle Wahrheit. Crisnoy will zu Bonaparte eilen und Tallemont anzeigen, aber er hat vorher schwören müssen, das Geheimnis zu bewahren. Da dringt Bonaparte in das Zimmer, verlangt, daß Crisnoy ihm Jeannes Beichte wiederhole, und läßt den beharrlich schweigenden Obersten wegen Hochverrats verhaften. Bonaparte ist ein Damenfreund, der unter den umflorten Augen seiner alternden Josephine mit den hübschen Damen des Hofes schäkert. Er umflattert auch Jeanne, deren erster Gatte verkleidet umherstreicht, und deren zweiter in sehr leichtem Arrest sitzt, aber Jeanne bleibt ihren beiden Ehemännern treu. Der unverbesserliche Tallemont hat einen neuen Anschlag vorbereitet und will jetzt dem eben zum Kaiser erkorenen Napoleon eine Dose mit vergiftetem Tabak zustecken, die der wahren Tabaksdose Napoleons nachgebildet ist. Jeanne bemerkt diese Absicht, entwindet in einer hübschen, graziösen Szene dem Kaiser die unheilvolle Dose und gibt ihm statt der bösen die gute Dose zurück. Sie wird, als Fouché dem Kaiser das Dosenkomplott gemeldet, einen Augenblick lang verdächtigt, eine Attentäterin zu sein, aber sie beweist sehr schnell ihre Unschuld, indem sie aus Napoleons Dose eine Prise nimmt und dann kräftig und ohne übele Folgen zu niesen beginnt. Fouché wird Polizeiminister, Tallemont wird im Duell getötet, Crisnoy wird General, und Jeanne wird endlich eine wirkliche, mit all ihren Rechten und Pflichten vertraute Gattin. Pierre Bertons Stück, dessen Handlung nur in den ersten Akten ein paarmal stockt und dann flink und flott vorwärts schreitet, ist im "Ambigu" sehr pomphaft und geschmackvoll ausgestattet. In der Rolle der schönen Jeanne zeigte eine junge Schauspielerin, Fräulein Maud Amy, sehr viel Talent, sehr viel frischen Humor und sehr viel feine Anmut. (Berliner Tageblatt, 8.3.1905)

                 —————————————————————

A fortnight ago "La Belle Marseillaise," a new drama, by Pierre Berton, was produced at the Paris Ambigu with such success as to induce Charles Frohman to secure the English and American rights in the piece. The action of the story begins in Paris in the year 1815, and is concerned with the adventures of a fascinating lady whose husband, having lent his clothes to a fellow conspirator to enable him to escape from the anger of Napoleon, is supposed to have been killed. Subsequently "La Belle Marseillaise" is ordered by the emperor to marry one of his aide-de-camps. But, aware of the fact which she cannot declare, that her husband is still alive, the dilemma in which the poor woman finds herself may be imagined. The part is said to be one of the most humorous and effective seen upon the Paris stage since the days of Madame Sans-Gene. (The New York Clipper, Apr. 8, 1905)

                 —————————————————————

C'est mieux qu'une attirante image en couleurs où revivent les temps héroïques, où papillonnent dans leurs costumes de cour, dans leurs uniformes magnifiques les Séductrices et les beaux soldats de l'Épopée, où le Prédestiné qui tint le monde dans sa dextre de victorieux, apparaît coiffé du légendaire petit chapeau avec ce masque d'énergie surhumaine, d'impérieuse volonté qui évoque les médailles frappées il l'effigie de César, c'est une comédie dramatique dont l'intérêt ne languit pas un instant et qui vous intéresse autant qu'elle vous amuse et vous émeut, une de ces pièces admirablement charpentées oh, du prologue au dénouement, l'on reconnaît la main du bon artisan qui sait le fin du fin de son métier. Au début, nous sommes le 24 décembre 1800, dans l'estaminet de la belle Marseillaise que dirige un certain Lacaussade, hâbleur dont l'accent provençal semble absolument authentique et dont la cuisine prestigieuse vaut d'être savourée par les gourmets les plus difficiles. Il a, même avec la serviette sous le bras, des allures de talon-rouge et sa femme qui lui sert de caissière vous offre le plus délicieux minois, le sourire le plus engageant qu'il soit possible de rêver. Aussi les clients sont-ils nombreux et les patères plient-elles sous le poids des sabres et des shakos. Un jeune officier surtout, le colonel Crissenoy, l'un des aides de camp que favorise le plus le premier Consul, s'aimante aux grands yeux veloutés de Madame Lacaussade, assiège cette vertu imprenable, se désespère, sincèrement et passionnément amoureux, de n'éveiller dans ce cœur que d'incertains échos, de ne pas voir, comme on disait alors, couronner sa flamme. Cependant, le Lacaussade a au moins quarante ans de plus que sa femme, ne saurait prétendre à être pris au sérieux, a exiger tant de fidélité de tant de jeunesse. Mais tout cela n'est qu'apparence et que mensonge. Notre traiteur marseillais s'appelle en réalité le marquis de Tallemont. Chouan enragé, il a résolu avec une poignée de complices d'arrêter Bonaparte dans sa course triomphale vers le trône, d'assassiner celui qui doit élargir et assurer l'œuvre de la Révolution. L'attentat est au point. Dans un instant, lorsque le premier Consul traversera la rue Saint-Nicaise pour se rendre à l'Opéra, un tombereau chargé de mitraille éclatera contre sa voiture. Saint-Réjant, que file la police, s'est réfugié dans le cabaret, reçoit les dernières instructions du prétendu Lacaussade et change avec lui de houppelande pour mieux dépister les «mouches». La marquise a entendu ce colloque de haine, frissonne à la pensée que Crissenoy, l'ami dont malgré elle toute son âme est éprise, fait partie de l'escorte, court un tel péril. Elle s'évertue a le retenir, à lui faire oublier l'heure qui doit être tragique. Et, tandis qu'elle le tente et l'ensorcelé, une explosion terrible retentit au dehors, ébranle les murs, brise les glaces, éteint les lumières. Bientôt la foule se précipite enfiévrée, acclamant Bonaparte qui a, par miracle, échappé a la mort, rapportant un cadavre au visage broyé, au corps en lambeaux mais que chacun s'imagine être Lacaussade a cause des vêtements qu'il porte. Madame de Tallemont tombe à genoux, apeurée, douloureuse, mais le marquis surgit aussitôt par une porte de l'office, la rassure, lui ordonne de ne jamais trahir leur secret. Vivant, il était perdu, mort, il est sauvé. Et sous un autre nom, sous d'autres déguisements, il continuera son œuvre, il vengera Saint-Réjant et les royalistes qui ont payé leur dévouement de leur vie. Le reste de l'action se déroule au printemps de 1804, d'abord aux Tuileries dans le salon de Joséphine, puis dans la chambre de Crissenoy et enfin sur les terrasses en fleurs du château de Saint-Cloud en face de Paris dont les dômes et les clochers étincèlent au loin entre les thyrses des lilas. Bonaparte a projeté d'unir le jeune colonel Crissenoy à une héritière de tout repos. Celui-ci fait la sourde oreille, déclare qu'il est amoureux de la belle Marseillaise, Elle ne dit rien qui vaille au maître si accoutumé h être obéi sans réplique, cette veuve Lacaussade. Et après l'avoir torturée de questions, cherché vainement a lui arracher quelque mot imprudent, quelque aveu, devinant qu'il y a anguille sous roche, il la contraint à épouser, séance tenante, en dépit de toutes les objections qu'elle oppose pour retarder le mariage, l'officier qui l'adore. Voila les amoureux indissolublement unis, mais vous pensez que l'honnête petite marquise se dérobe devant le lit, et désespérée, à bout de forces, révèle à Crissenoy la douloureuse vérité, lui raconte, en détresse, avec des sanglots et des prières, la tragique aventure à laquelle, à son insu, elle fut mêlée. L'officier s'indigne, se révolte, mais généreux, incapable de devenir un délateur, se refuse à livrer le secret que lui a confié celle qu'il considère quand même et malgré tout comme sa femme, et qu'il adore sans retour. Néanmoins tout s'arrange à la fin, quoique le Tallemont ait reparu, lente un dernier tour de sa façon, le coup de la tabatière empoisonnée qui avorte grâce a la présence d'esprit de la pauvre petite bigame malgré elle, Bonaparte est solennellement proclamé empereur par les délégués du Sénat et les grenadiers de la Garde et délivré du marquis qui vient d'être tué en duel, Crissenoy goûte à plein cœur le bonheur d'aimer et d'être aimé.

Cette pièce, fastueusement montée par le prestigieux metteur en scène qu'est M. Grisier, encadre la joliesse délicate et mutine, le talent tout de nuances exquises de Mademoiselle Maud Amy, qu'il convient de classer désormais parmi les meilleures comédiennes d'aujourd'hui. Autour d'elle, M. André Brùlé, brillant et chaleureux colonel, M. Castillan, Bonaparte convaincu, M. Dieudonné, conspirateur de superbe allure, et Mademoiselle Béryl, mélancolique Joséphine, ont été particulièrement applaudis. RENÉ MAIZEROY. (Le Théâtre, 15.4.1905)