previous  <<          Filme             >>  next       

 

La ceinture magnétique

Weitere Titel: Der magnetische Gürtel (D, Ö)/ The electric belt (UK, USA) - Länge: 145m - s/w - Interpret: Max Linder? - Produktion: Pathé Frères - Katalog-Nr.1706/Febr.+März 07 - Auff.: 1. April 1907 (Lyon/ Cinématographe «Idéal»)  ̶  Weitere Auff.: 10.11.07 (Salzburg/ Elektro-Biograph)

                 ————————————————————————————————————

Of the animated pictures to be shown at the Bijou Theatre this evening, the one entitled "The Electric Belt" is positively the most ludicrous series of pictures imaginable. The story shown by this set of pictures is that of a young married woman who, becoming disgusted at the inattention of her husband, while reading the daily paper, sees an advertisement of a vigor compelling electric contrivance to be sewn inside of a gentleman's overcoat. The peculiar actions of the several men who wear the particular overcoat in which one of these electric belts has been sewn are screamingly funny and keep the audience in a continual uproad. (Bismarck daily tribune, May 21, 1907)

                 ————————————————————————————————————

Monsieur Follenvie dépérit. Il ne prend goût à rien, devient mou et flasque comme une éponge, résiste aux avances de Madame Follenvie et oppose à toutes ses tentatives une force tranquille d’inertie. Que faire? Madame Follenvie désolée réfléchit au moyen de rendre à Monsieur Follenvie, qui s’appelle Gustave, le ressort qui lui manque, lorsqu’une affiche américaine “Electric Vigor” représentant une ceinture magnétique, avec des rayons dans tous les sens, illumine son esprit. Le cœur plein d’espoir, Madame Follenvie, qui s’appelle Palmyre, coud dans le pardessus de Monsieur Follenvie la ceinture prometteuse. À peine celui-ci l’a-t-il revêtu qu’il se sent soulevé par une vigueur étrange, rajeuni comme par des effluves printanières, un sang vif court dans ses veines et il s’élance d’un pied léger, prêt à toutes les conquêtes. Dans la rue, il demeure saisi, ravi devant deux vieilles dévotes qui précipitent leurs orémus et les embrasse avec conviction. Toutes les femmes qu’il rencontre lui paraissent charmantes et il se sent attiré vers elles par d’irrésistibles élans. Tant et si bien que des agents, pour éteindre son ardeur le conduisent au poste. Là, le pardessus change de propriétaire, continue à exercer son extraordinaire pouvoir et va échouer finalement à la devanture d’un fripier d’où il s’élance allègrement vers toutes les femmes qui passent. (Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004)

 

Anzeige O Paiz, 11.9.11

Anzeige aus "O Paiz" vom 11. Sept. 1911

 

 

Anmerkung/ Note: "Cinturão electrico/ Intermedio comico/ Max Linder", O Paiz, Sep. 11, 1911. The Gaumont-film "La ceinture électrique", from around the same time, got in the US the same title. The premise of that film however, is not the "inattention", but a "case of lumbago".

Eine Kopie des Films wird verwahrt in: Cineteca del Comune di Bologna (Bologna)