Start

Home Début

Chronik

Chronicle Chronique

Filme

 

Artikel

 

Biblio.

 

Titel

 

Namen

 

Kopien

 

Updates

 

 

 

 

 

 

_________________

 

Union Jack Chronik     Schwarz Rot Gold    

Header 1 Chronik

 

 

 

Titre Chronique

______________________________________________________

Header 2 Chronik

Début           Chronique           Films           Articles           Biblio.           Titres           Noms           Copies          Updates

 

 

image Max Linder 1912

188319031904

190519061907

190819091910

191119121913

191419151916

191719181919

192019211922

192319241925

Max Linder à 28 ans

 

 

 

 
1883

 

 

16. Déc. 1883

Max Linder, sous le nom de Gabriel Leuvielle, est né à Saint-Loubès, près de Bordeaux. 

 

Max Linder à l'âge de 2 ans

Max Linder à l'âge de deux ans [Source: Le Film, 15.10.1919]

1883

 

________________

1902

 

________________

 

1902

Il a étudié à CONSERVATOIRE MUNCIPAL DE BORDEAUX. Un de ses professeurs est Adrien Caillard, qui est engagé au THEATRE DE L'AMBIGU en 1904, et qui l'aide Max de gagner un engagement au même place.

 

1902

 

 

1903

 

 

 

1903

Max est recruté et rejeté comme inapte. Dans son record militaire, pour la première fois, apparaitre le surnom Max Linder.

7. Juillet 1903

Max a remporté le deuxième prix à l'examen final à l'école art dramatique à Bordeaux pour le sujet de «drame» et le premier prix de «comédie».

 

Engagement sur le THEATRE DES ARTS à Bordeaux. Là il apparaît dans les pièces: «Le Barbier de Séville», «Les Précieuses ridicules», «Les Fourberies de Scapin» sur scène.

 

 

 

Matricule militaire 1903

Gabriel Leuvielle, surnom Max Linder - Matricule militaire, bureau de recrutement de Bordeaux, classe 1903, no. 4284 - © Archives Départementales de la Gironde (Source: Le Grimh <grimh.org>)

1903

 

________________

1904

 

________________

 

 

 

 

 

Les pièces de théâtre de l'année 1904: Le tour du monde d'un enfant de Paris ─ Le crime d'Aix

e

En 1904, Max va de Bordeaux à Paris. Il fait un contrat avec le THEATRE DE L'AMBIGU.

Automne 1904

Sous le nom de "Leuvielle" il s'applique, sans succès au Conservatoire National de Musique et de Déclamation à Paris, parce que «M. Leloir, un de ses professeurs, lui demanda ce qu'il venait encore apprendre...?» (Le Figaro, 27.2.25)

20. Oct. 1904

Au THEATRE DE L'AMBIGU la pièce Le Tour du Monde d'un enfant de Paris est montré pour la première fois. Selon René Jeanne, Max doit remplacer un soir un collègue absent à si court préavis, qu'il peine eu le temps d'étudier le texte pour le rôle d'un commandant de navire.

3. Déc. 1904

Première du Crime d'Aix. Pour la première fois le nom de "Max Linder" paraît sur le casting - toutefois seulement en 15e position de l'acteur masculin.

 

1904

 

 

1905

 

 

Les pièces de théâtre de l'année 1905: La conquête de l'air ─ Les deux orphelines ─ Paillasse ─ La belle marseillaise ─ Les aventures de Thomas Plumepatte ─ La fleuriste des halles ─ La bande à Fifi ─ Le crime d'un filsLe regiment ─ La grande famille

———————————————

Films sortis en 1905: Première sortie Rencontre imprévue

15. Avril 1905

Pour la première fois le magazine LE THEATRE, imprime une photo de Max dans le rôle de «Caulaincourt» dans la pièce La belle marseillaise.

26. Mai 1905

Adrien Caillard et Max Linder gagnent première et deuxième place dans un combat d'escrime à la réunion de “l'Association des artistes dramatiques”, au vélodrome Buffalo. Sur les neuf participants «Le théâtre de l'Ambigu a triomphé soit par la grande habitude des scènes de carnage que le mélodrame donne à ses pensionnaires, soit, pour parler sérieusement, grâce aux leçons des professeurs Laroque, de Bordeaux, et Berlier, de Paris, qui ont fait de MM. Caillard (premier) et Linder (deuxième) des tireurs d'une très jolie force, souples, prudents, endurants et surtout élégants, ce qui ne gâte rien dans leurs profession.» (Gil Blas, 27.5.05)

15. Juin 1905

Reprise de La fleuriste des Halles. Dans ce drame un rêve de la fleuriste est représenté par un film. (René Jeanne, "Max Linder et le théâtre", 1965) Il est probable que Max est inspiré du film-Sketch, dont il sera plus tard célébrer triomphes en Europe.

 5. Août 1905

Son premier film, tourné pour Pathé, sort. Il a le titre: Première Sortie. Nombre ou titre de films, qu'il a faits dans les premières 1 ½ années, sont en grande partie inconnus. Alors qu'il se souvint tout d'abord dans une interview (Caras y caretas, 12.4.1913) les "films rares", qu'il a fait entre son présentations sur scène, huit ans plus tard c'était devenu "un drame ou une comédie", qu'il a devait tourner prétendument "chaque jour" (Cinémagazine, 25.11.1921).

Automne 1905

Sous le nom de "Max Linder", il a demandé une seconde fois, toujours sans succès, au Conservatoire de Paris.

 

 

 

Max Linder dans 'Belle Marseillaise'

(Le Théâtre, 15. Avril 1905)

 

Max Linder, escrimeur

(Culture physique, 1. Juillet 1908)

 

1905

 

________________

1906

 

________________

 

 

 

 

Article engagement au Réjane

Un contrat de 3 ans avec le Théâtre Réjane (Le Gaulois, 4. Juin 1906) a été échangé avec ...

 

Article 'brillant' engagement

... un "brillant" engagement avec le Théâtre des Variétés (Figaro 14. Nov. 1906)

 

 

Les pièces de théâtre de l'année 1906: Pour sa Patrie ─ La tourmente ─ Miquette et sa mère ─ La main droite

———————————————

Films sortis en 1906: Les étudiants de Paris Julot va dans le monde La puce gênante Lèvres collées Le pendu C'est papa qui a pris la purge

5. Avril 1906

Dernière représentation de Max au THÉÂTRE DE L'AMBIGU dans La Tourmente. (Une participation de Linder dans la première suivante La Goualeuse, qui est mentionné par René Jeanne, ne peut pas être détecté dans les sources d'origines)

29. Mai 1906

LE MATIN annonce le transfert de Max au Théâtre Réjane, mais, selon sa propre déclaration: «quand je répétais, on m'a offert un meilleur contrat de Variétés et j'ai déménagé là depuis trois ans.» (La Correspondencia de España, 4.10.1912).

Automne 1906

Pour la troisième et dernière fois il a demandé au Conservatoire de Paris, à nouveau infructueux. Une fois encore sous son nom de naissance "Leuvielle".

2. Nov. 1906

Première représentation après rejoindre le THEATRE DES VARIETES avec la pièce: Miquette et sa mère.

 

1906

 

 

1907

 

 

23. Mars 1907

Le film Début d'un patineur, «la première grande scène comique jouée par Linder» [annonce pour le 'Cinémax' (1913)], est présenté en première à l'OMNIA PATHE à Paris.

20. Avril 1907

Dans le film Idée d'apache, André Deed est vedette à côté de Max Linder. Déjà à partir de 1906, il a crée, dans la première série comique, le personnage de 'Boireau'. Jusqu'à la fin de 1908, ils seront encore apparaître ensemble, dans des films tel que Pédicure par amour ou Consultation improvisée.

Juillet 1907

Dans deux films, Le domestique hypnotiseur et Pitou, bonne d'enfants, Pathé Frères identifie dans son catalogue, l'acteur principal comme "M. Linder". Il y a jusqu'ici aucune preuve que cette information a été transmise aux exploitants de cinéma, presse ou le public.

24. Déc. 1907

A la fête de Noël pour les employés Pathé, Max se produit dans le rôle de «Polichinelle». (Richard Abel, The Ciné goes to town.)

 

 

 

Poster 'Début d'un patineur' 1907

[Source: L'Invitation au cinématographe, Jean-Louis Capitaine 1993]

 

Max Linder and André Deed in film

Max Linder et André Deed dans le film "Idée d'apache"?: "Boireau, quelque chose de maquillage, et Max Linder dans le Film Max Linder robando ingeniosamente (Pathé Frères 1903)" (La Nación, 14.1.1940) [Source: <pabloducroshicken-pintor.blogspot.de>]

 

 

_______________________________________

1907

 

________________

1908

Articles 1908:

Cinématographe (Comœdia, 4/3/08)

Le mariage au Cinéma (Comœdia, 8/6/08)

Escrime (Le Culture physique, 1/7/08)

Au Cirque d'Hiver (Comœdia, 5/7/08)

Cinéma Pathé Frères. La fête du personnel (Phono-Ciné-Gazette?, 1908?)

Max Linder mourant (Comœdia, 18/9/08)

La santé de Max Linder (La Presse, 23/9/08)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

 

 

Affiche 'Consultation improvisée'

[Source: EYE Film Instituut Nederland]

 

Les pièces de théâtre de l'année 1908: Les deux ecoles ─ Passez muscade!Le Roi

———————————————

Film-Sketch, publié en 1908: [sans titre]

———————————————

Films sortis en 1908: Mon pantalon est décousu Ma montre retarde Le premier cigare d'un collégien L'obsession de l'équilibre Vive la vie de garçon La suspension Les pérégrinations d'une puce La femme sandwich Pédicure par amour L'obsession de la belle-mère Retour inattendu Une veine de bossuLa maîtresse de pianoUn tic nerveux contagieux Deux grandes douleurs Un jeune homme timide Mes voisins font danser L'oncle à héritage Un fiancé trop occupé On demande un gendre à l'essai Le coup de foudre Création de la Serpentine Un mari peu veinard Le vertueux jeune homme Les tribulations d'un neveu Consultation improvisée

4. Mars 1908

Comœdia mentionne pour la première fois «Max Linder, qui se taille sur l'écran un joli succès et se créerait une popularité mondiale, si son nom figurait sur les programmes. Cela viendra.»

24. Avril 1908

Première représentation du Roi au Théâtre des Variétés. La pièce sera le plus gros succès de la saison théâtrale à Paris 1907/08. En plus de son rôle encore petit de "William Touret", cette fois, il «vient de doubler Max Dearly.» (Culture physique, 1.7.08). Dans l'espoir de le remplacer un jour, Max n'a pas d'abord renouvelé son contrat avec Pathé.

5. Juin 1908

Le film L'obsession de la belle-mère sort au CINEMATOGRAPHO PATHE à Rio de Janeiro. Plus d'un an plus tôt qu'un Europe ou aux États-Unis, le nom de Max Linder apparaîtra maintenant dans les annonces de ses films. Comme une étude de plus d'une douzaine de cinéma annonces de Rio de Janeiro (A Imprensa, 10.7.08) montre, il est non seulement le premier acteur, qui est mentionné par son nom, mais pour le moment, aussi le seul. Dans A obsessão da sogra on lit: «représentée par le comique extraordinaire et populaire Max Linder» (Gazeta de Noticias, 5.6.08). Au titre des trois films précédents, il a été annoncé que "(Max) Landry". Bien qu'à ce moment «travaillant pour le cinéma a été désapprouvée», (Caras y Caretas, 12.4.1913) et il continuera à apparaître anonyme en Europe pour plus d'un an, Max admet publiquement pour la première fois le

9. Juin 1908

"Oui, j'ai posé des scènes cinématographiques" (Comœdia)

4. Juillet 1908

Au Cirque d'Hiver à Paris, Max donne pour la première fois une représentation, qui combine un film- avec une apparition "live". Le film d'introduction n'est pas encore suivie par un Sketch, comme dans les années suivantes, mais par un monologue, "et quel monologue!..."

18. Sept. 1908

"Max Linder mourant" les quotidiens parisiens proclame. Un message, «sans expliquer les causes de la maladie» (Comœdia, 18.9.1908), qu'ils doivent apporter plusieurs fois, tout au long de sa carrière. D'abord, son état est amélioré, et à la reprise du Roi, il peut d'abord prendre son rôle à nouveau, mais après peu plus de deux semaines, il doit être remplacé par un collègue pour les près de cinq mois suivants.

 

1908

 

 

1909

 

 

Jan. 1909

Pendant que Max se remet d'une maladie dans sa ville natale de Bordeaux, il saisit l'opportunité de jouer le rôle de Max Dearly dans Le Roi: «Max Linder y était véritablement étourdissant de verve irrésistible.» (Comœdia, 7.11.1925)

13. Juin 1909

A la fête de bienfaisance, organisée par Comœdia, qui s'est tenue au VELODROME, Parc-des-Princes, «on a vu M. Max Linder (des Variétés), s'élancer, aéronaute intrépide, dans un ballon qui s'est élevé majestueusement au milieu des acclamations et a disparu du côté de Saint-Cloud.» (Le Figaro, 14.6.09) Cette scène, avec Max Linder dans le rôle d'Arsène Lupin, a été mis en scène pour le film Le voleur mondain.

18. Juin 1909

Après 350 représentations, «la troisième saison» du Roi commence sans Max, parce que quelque temps précédant, Max avait déjà perdu l'espoir de faire carrière dans le théâtre. Il a signé un nouveau contrat avec Pathé, que lui non seulement assure un «salaire très élevé» (New York Dramatic Mirror, 30.7.10), mais aussi la possibilité d'écrire ses films lui même.

Juillet 1909

Aimé par sa bonne, le premier film de son nouveau contrat, a été publié en Autriche/Hongrie. À partir du troisième film de la nouvelle série, respectivement de la mi-août, il est maintenant identifiée en Europe et aux Etats-Unis par son nom. Cependant, le 17 août 1909, des journaux en Amérique du Sud célèbrent la: «Réapparition de l'acteur comique impayable MR. MAX LINDER, le plus populaire de Pantomime cinématographique, inoubliable créateur des pièces inoubliables: Mon pantalon est décousu, Début d'un patineur, Un tic nerveux contagieux, L'obsession de l'équilibre ... et d'autres bandes nombreuses de joie immense.»

12. Oct. 1909

Max participe à un concert-bénéfice, organisée par Marguerite Montavon, sa partenaire dans des films tels que Vengeance du bottier ou Avant et après!, au profit de l'œuvre de «l'Allaitement maternel». Voici, la pièce en un acte La Chance du Mari est donné.

 

 

 

 

 

 

Extrait de l'affiche 'Le voleur mondain'

Extrait de l'affiche 'Le voleur mondain'.

 

Affiche de 'Aimé par sa bonne'

Affiche de "Aimé par sa bonne" [Querido Pela Criada] (O Paiz, 17. Août 1909)

1909

Articles 1909:

Arsène Lupin au Vélodrome (Comœdia, 14/6/09)

 

Comoedia, 1.11.1909

(Comœdia, 1.11.09)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1910

Articles 1910:

Affaire Arrangée (L'Aurore, 16/4/10)

Silhouettes sportives (La Presse, 14/6/10)

Les comédiens au cinématographe (Ciné-Journal, 30/7/10)

Cinématographe (La Presse, 10/11/10)

Opéré et bien portant (Comœdia, 11/11/10)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

 

 

 

 

Fête de Comoedia

Fête de Comœdia (Le journal du dimanche, 24. Juillet 1910)

 

Max et Jeanette Denarber

Max Linder (Photo avec Jeanette Denarber) montre dans "La Grande Revue" et "Vive Paris!" une scène de patinage.

 

Article 'Sante de Max Linder'

(Gil Blas, 11. Nov. 1910)

 

Film-Sketches, publiés en 1910: Cocher! à l'Olympia Jeffries contre Johnson

———————————————

Films sortis en 1910: La timidité guérie par le sérum Une bonne pour Monsieur, un domestique pour Madame Une jeune fille romanesque Le pacte Je voudrais un enfant Soldat par amour Le serment d'un prince Mauvaise vue Une ruse de mari Une représentation au cinéma L'ingénieux attentat Tout est bien qui finit bien Kyrelor bandit par amour Amour et fromage Une épreuve difficile Le duel de Mr. Myope Le revolver arrange tout Max fait du ski Max est distrait Les effets des pilules Max se trompe d'étage Trop aimée Un mariage au puzzle La flûte merveilleuse Un cross-country original Champion de boxe Mon chien rapporte Les débuts de Max au cinématographe Comment Max Linder fait le tour du monde Quel est l'assassin Max prend un bain Le soulier trop petit Max cherche une fiancée Max hypnotiséMax manque un riche mariage Max ne se mariera pas

4. Févr. 1910

Max Linder, avec de Brinon, démontre les arts d'escrime au THEATRE DE LA RENAISSANCE. Dans le "causerie" SUR LE PRÉ d'Eugène Rouzier-Dorcières, comme partie de la "série" Vendredi de la Parisienne, ils sont vus dans un 'Duel moderne'. Probablement avec le même routine, cette fois avec Jean Worms, il participe également lors d'un gala au THEATRE SARAH BERNHARDT, ​​le 4 juin 1910.

3. Mars 1910

Au THEATRE DES CELESTINS à Lyon, Max apparaître jusqu'au 6 Mars, encore une fois dans le rôle de 'Blond' dans Le Roi.

2. Avril 1910

A L'OLYMPIA 'La Grande Revue' commence de leur temps de 3 mois. Max Linder apparaît dans le film-Sketch Cocher! à l'Olympia, que l'on a «jamais vu jusqu'ici» (Le Figaro, 4.4.10). Dans un autre tableau "La Comète à Paris", on le voit sur patins à roulettes avec Jeanette Denarber. Il ya des affiches qui illustrent Max Linder, sur lequel il demande: «M'as-tu vu, à l'Olympia?».

28. Juin 1910

Grande fête sportive et théâtrale organisée par Comœdia, au profit de «L'Œuvre Française du Rapatriement des Artistes» au Vélodrome du PARC DES PRINCES. «Cette course humoristique, de la plus haute fantaisie, a été imaginée par l'artiste comique bien connu Max Linder; inutile de dire qu'elle a eu le plus vif succès». (Le journal du dimanche, 24.7.10) Pathé a filmé et l'a publié sous le titre Un cross-country original.

30. Juillet 1910

Dans un article pour le CINE JOURNAL Georges Fagot estimé le nombre de films précédemment tourné avec Max Linder sur «plus de cent». Avec les 115 films qu'il va tourner encore à partir de ce moment-là, on peut apprécier ses œuvres complètes sur près de 220 films.

4. Sept. 1910

Max est en villégiature à Arcachon (Gironde). Il se tourne ici aussi une partie du film Max cherche une fiancèe.

20. Oct. 1910

Dans la Revue 'Vive Paris!' il joue à L'OLYMPIA dans le film-Sketch Jeffries contre Johnson, où il «fait un match de boxe sur patins avec Tom Pender, dans un café de Montmartre» (Variety, 12.11.10). Dans un autre tableau, lui et Lucy Jousset sont à voir dans une danse "pantomime".

8. Nov. 1910

Max est transporté à l'hôpital pour une appendicite et sera opéré le soir même. Apparemment, cela a été causé, ou au moins coïncidé avec un accident survenu tandis qu'il effectuait sa routine sur des patins à roulettes: «j'ai glissé et est tombé. [...] puis à cause de choc, ils me disent de la péritonites et je devais avoir opérations terribles. J'ai le ventre ouvert sur trois ou quatre côtés.» (La Correspondencia de España, 4.10.1912) Des complications subséquente nécessite une pause de six mois.

 

1910

 

 

1911

 

 

 

Films sortis en 1911: Max a trouvé une fiancée Max se marie Max et sa belle-mère Voisin, voisine Max Linder en convalescence Max a un duel Victime du quinquina Max et Jane veulent faire du théâtre

———————————————

Films non-fiction en 1911: Pathé Journal №91 Pathé Journal

6. Juillet 1911

Huit mois après avoir été opéré pour la première fois, son médecin Dr. Di Chiara fait une dernière intervention chirurgicale.

28. Juillet 1911

Le premier film après sa convalescence Voisin, Voisine sort en Autriche.

10. Août 1911

Max et sa famille visite une représentation au Cinéma Pathé Frères à Arcachon. Max passe l'été dans la ville, à la villa Elisabeth, avenue Nelly-Deganne.

 

 

Affiche de journal de 'Voisin, Voisine'

(Erste Internationale Film-Zeitung, 12. Août 1911)

 

Le Journal, 18.11.1911

Rechercher un appartement (Le Journal, 18. Nov. 1911)

1911

Article 1911:

La santé de M. Max Linder (Comœdia, 25/7/11)

►►► Plus d'articles

 

________________

1912

Articles 1912:

L'art et le sport sont frères. (La Presse, 18/1/12)

A propos du Film joué au Ciné-Théâtre (Ciné-Journal, 6/4/12)

Max Linder aviateur et jockey (La Presse, 11/6/12)

Au profit de l’aviation militaire (Le cinéma, 14/6/12)

La Gloire au Cinéma (Le cinéma et l'écho du cinéma réunis, 19/7/12)

Tournée, 1912

Billet à Max Linder (A Capital, 17/10/12)

Le cachet de Max Linder (Cinéma et l'écho du cinéma réunis, 1/11/12)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

 

Max à Chamonix

L'équipe gagnante de la coupe du Mont Blanc. Capitaine Max Linder. [Source: "La Vie au Grand Air", 15. Avril 1919)

 

 

Affiche de journal sur 1,000,000 Francs

(Oesterreichischer Komet, 10. Août 1912)

 

 

Max arrive à l'Espagne

Max Linder, dans la Plaza de San Jaime [Source: "Destino", 17. Mars 1945] — Max (x) et son sosie!?

 

 

Photo Max Linder comme torero

Max Linder dans l'arène (El mundo cinematográfico, 10. Oct. 1912) [Collection: Bundesarchiv/ Filmarchiv, Berlin]

 

 

Affiche pour 'El Anis del Mono'

Publicité pour "El Anis del Mono" (Nuevo Mundo, 10. Oct. 1912)

 

 

Max Linder récuperé

Le populaire artiste du film Max Linder, blessé à la suite d'une chute survenue pendant de la représentation du sketch comique "Pédicure par amour», représentée au Gran Teatro le mardi de la semaine dernière. Photographie obtenue dans sa chambre à l'Hôtel Ritz, où il séjourne. FOT. SALAZAR [Mundo Gráfico, 16. Oct. 1912]

 

 

Max Linder et Angel Lancho

Le roi du film Max Linder dans un assaut de fleuret avec le maître Lancho. [Fot. Cañizares] (La unión ilustrada, 20. Oct. 1912)

 

 

Max Linder à Lisbonne

Max Linder à Lisbonne: l'artiste, la danseuse Napierkowska et entrepreneur Sr. Lino Ferreira. [Cliché de Benoliel] (Ilustração Portuguesa, 28. Oct. 1912)

 

 

Affiche 'Max Linder kommt!'

Affiche annonçant ses présentations au Théâtre Ronacher à Vienne [Source: Wiener Stadt- und Landesbibliothek]

 

 

Photo Max sur scène avec 2 dames

Max Linder et Léonora 'La bella' [à droite] à Berlin. (Berliner Illustrirte Zeitung, 29. Déc. 1912)

Film-Sketches, publiés en 1912: [sans titre] [sans titre] Pédicure par amour

———————————————

Films sortis en 1912: Max lance la mode Max reprend sa liberté Max et son chien Dick Amoureux de la teinturière Max Linder contre Nick Winter Bandit par amour Que peut-il avoir? Le succès de la prestidigitation Une nuit agitée L'âne jaloux La malle au mariage Max cocher de fiacre Oh! Les femmes Idylle à la ferme Un pari original Peintre par amour La fuite de gaz Le mal de mer La vengeance du domestique Amour tenace Voyage de noces Max boxeur par amour Max émule de Tartarin Entente cordiale Mariage au téléphone Max veut grandir Petit roman L'enlèvement en hydroaéroplane Jalousie La peur de l'eau Max et l'inauguration de la statue Le rendez-vous

———————————————

Films non-fiction en 1912: Pathé Journal №183Pathé Journal

7. Févr. 1912

Max participe à une compétition de bobsleigh à Chamonix. Dans son «Bob l'Aigle» il gagne une "Belle victoire" (La Presse, 8.2.12), suivie par le 'Bob' de Mouézy-Eon.

24. Mars 1912

Max se produit au CIRQUE D'HIVER dans une nouvelle acte, écrite par lui, pendant l'après-midi et soir. En l'accompagnant dans le «cinéma comédie» sont Gabriel Moreau, Jean Liezer et Ferval. Les recettes sont destinées à l'achat d'un avion militaire.

5. Avril 1912

LE CINEMA écrit qu'il a engagé pour une tournée de 3 mois en Europe, ce qui lui gagnera la «modeste» somme de 60.000 francs.

6. Juin 1912

Max joue dans un film-sketch à la Brasserie Cinéma Rochechouart, où il est vu dans un «match de boxe sur patins à roulettes» avec son collègue Georges Vinter (aka: Nick Winter).

9. Juin 1912

Au Vélodrome dans le PARC DES PRINCES, immédiatement après le championnat de France de cyclisme sur piste, Max se tourne quelques scènes avant les spectateurs restantes, pour le film Jockey par amour.

Juillet 1912

L'achèvement d'un contrat de 3 ans pour 1 million de francs avec la maison Pathé. En Allemagne les films de Linder seront 20% plus cher. Son salaire annuel précédent s'élevait à 100.000 francs (Der deutsche Lichtbildtheater-Besitzer, 30.3.11). Sa tournée acclamée de l'Espagne, qui est souvent cité comme une raison pour ce contrat, aura lieu que deux mois plus tard.

10. Août 1912

Max arrive à Arcachon (Gironde). Le 28 Août, il participera à les régates avec son yacht FILM. Il est probable que les enregistrements pour le film Les débuts d'un yachtman ont été faits là-bas.

20. Sept. 1912

Apparition sur scène avec Stacia Napierkowska dans le TEATRE NOVETATS à Barcelone. Avant le Sketch Pédicure par amour le film, Mariage au téléphone est montré. Le Sketch est basé sur un film éponyme de 1908, écrit et tourné par Charles Decroix. Co-auteurs sont maintenant Armand Massard, ami et chroniqueur pour le quotidien LA PRESSE, et Linder lui-même.

25. Sept. 1912

Dans le restaurant EL TIBIDABO à Barcelone un «banquet monstre» sera donné en son honneur.

28. Sept. 1912

Dans un arène de Barcelone, il apparaît comme un torero devant plus de 10.000 (certaines sources mentionnent 30.000) personnes. Les images qui en résultent sont déjà montré un jour plus tard lors de sa présentation au TEATRE NOVETATS. Ces images sont également utilisés dans le film Max Toréador ainsi que pour l'édition du Pathé Journal.

3. Oct. 1912

Max est à l'avant-première, quand André Deed met en scène dans le TEATRO-CIRCO DE PRICE à Madrid son "film" «El Santo de Toribio». Au début de l'année, il avait noté dans un article au CINE JOURNAL «A propos du film joué au Ciné-Théâtre» sur les différences entre son «Ciné-Théâtre» et la façon dont Max présente son «Film-Sketch».

7. Oct. 1912

Début des représentations au GRAN TEATRO à Madrid. La première était prévue le 4 Oct., mais a cause d'une grève des cheminots, son matériel de scène ne sont pas arrivés à temps. Dans le même temps, probablement motivée par le commentaire «méchantes» qu'il a obtenu à Barcelone, Max tente de réduire les attentes de son auditoire Madrid, en écrivant dans une lettre ouverte, publiée dans les journaux de la capitale: «... que je ne suis pas parfait, et je ne semblant, un grand acteur de comédie où de drame, mais simplement un artiste de cinéma.» (La Correspondencia de España, 4.10.1912)

8. Oct. 1912

Pendant la représentation au GRAN TEATRO de Madrid il y a un accident dans une scène de poursuite et Max tombe dans la fosse d'orchestre. Après un autre accident à l'ALHAMBRA l'année prochain, qui aura lieu lors de la descente sur corde, il est surpris quand il est «doublé» par un employé à la fin de l'année prochaine à Saint-Pétersbourg. (Russkoye Slovo, 16.12.13 [Cal. russ., 3.12.13]).

9. Oct. 1912

Ses apparitions au GRAN TEATRO à Madrid doivent être arrêtés. Le jour après sa chute, Max donne une performance dans laquelle la scène de poursuite et la «Danse de l'ours» sont omis, néanmoins, au matin du 10. Oct., Max obtient la fièvre et le docteur lui prescrit une phase de repos.

13. Oct. 1912

Malgré la période de repos prescrit, à nouveau Max prend part à une réunion, que le champion d'Espagne en escrime, Angel Lancho, a organisé dans une salle d'escrime sur la Calle de Ventura de la Vega à Madrid. Présent sont «presque tous les amateurs du noble art et certains professionnels méritants.»

15. Oct. 1912

Arriver avec ses partenaires, Stacia Napierkowska, Jacques Vandenne et Delson, à Lisbonne, Portugal.

19. Oct. 1912

Représentations dans le THEATRO DA REPUBLICA à Lisbonne jusqu'au 22 octobre. Dans le cadre du spectacle, ici le film Entente cordiale est affichée.

15. Nov. 1912

Le début de représentations à Vienne, qui doivent durer 15 jours, avec ses partenaires Leonora et Vandenne. Le jour avant, il a fait le tournage du film "d'introduction", devant le théâtre.

19. Nov. 1912

Accompagné de ses partenaires de Sketch, il participe d'un projection de L'enlèvement en hydroaéroplane dans un cinéma vienne.

2. Déc. 1912

Des représentations à Berlin, qui devrait durer deux semaines, sera prolongée à quatre semaines en raison de son grand succès. L'acteur allemand Albert Paulig, qui modère son apparence sur scène, a participé également à la "film d'introduction". (Berliner Börsen Courrier, 12.12.1912)

7. Déc. 1912

Le «Berliner Tageblatt» rapporte que deux sociétés cinématographiques allemandes ont uni leurs forces pour attirer Max loin de Pathé Frères avec un salaire de 1,5 millions de francs pour 3 ans. L'offre aurait également inclus le paiement d'une pénalité pour Pathé.

 

1912

 

 

1913

 

 

Film-Sketch, publié en 1913: C'est le Tango qui est la cause de ça

———————————————

Films sortis en 1913: Jockey par amour Max est charitable Les débuts d'un yachtman Mariages imprévus Max Linder pratique tous les sports Rivalité Max et les crêpes Max toréador Les vacances de Max Max n'aime pas les chats LE DUEL DE MAX Le billet doux Le chapeau de Max Max fait de la photo Max virtuose Max fait des conquêtes La médaille de sauvetage Max collectionne les chaussures Max illusionniste L'anglais tel que Max le parle Maks Linder i g-zha Prokhorova Pribytiye v Moskvu N'embrassez pas votre bonne

———————————————

Film non-fiction en 1913: Pathé Journal

8. Jan. 1913

Max crée un émoi quand il assiste à un match de boxe au CIRQUE DE PARIS entre Georges Carpentier et Marcel Moreau: «Des hautes galeries reconnurent dans le ring Max Linder: des applaudissements éclatèrent, des cris de joie insistèrent, et le roi du cinématographe dut se lever et saluer ses nombreux sujets.» E. Rouzier-Dorcières. (La semaine de Paris, 23.1.13)

27. Fév. 1913

THE BIOSCOPE écrit que les préparatifs avaient été complété pour une tournée en Russie. Mais parce qu'il n'était que d'environ neuf mois plus tard, il est arrivé là, certains historiens ont supposé qu'il y avait deux tours russes. En plus de la note dans LE BIOSCOPE, il n'existe aucune preuve pour une tournée en ce moment.

29. Mars 1913

En Luxembourg au CINEMA PARISIANA il ya la première du film Max est charitable. Par un «traité spécial avec la Maison Pathé» (Courrier Cinématographique) le propriétaire Hubert Marzen a obtenu le possibilité de présenter les films Pathé, et donc les films Max Linder, «14 jours avant la France et 8 à 14 jours avant l'Allemagne» (Bürger-Zeitung, 1.3.13).

Mai 1913

A Monaco, Max mis en scène un film avec un hydro aéroplane, qu'il se vole lui-même. Dans une scène avec Lilian Greuze, son covedette préférée à partir de maintenant, Max était presque tombée dans l'hélice, si le mécanicien n'avait pas éteindre le moteur juste à temps. (Comœdia, 9.5.1913) Le film entier sera présenté, cependant, au cours de la guerre, comme Le hasard et l'amour.

14. Juin 1913

Le Film Max Toréador est présenté en première à Barcelone. Une grande partie du film a été tourné l'année dernière au cours d'une corrida. Depuis le temps Max avait essayé pour amener le film fini à une deuxième visite destinée au pays. Parce que cela n'a pas été réalisées, au moins, il fait en sorte que le GRAN CINE ELDORADO à Barcelone a obtenu les droits exclusifs.

6. Juillet 1913

Loué l'Olympia de Paris pendant cinq semaines. Sous le slogan «Max tue un taureau» il montre Max Toréador, l'inédit en France. L'autre film montré est Max Linder pratique tous les sports. Cette «Saison Max Linder» ne contient pas l'apparence personnelle de Max.

22. Juillet 1913

Participe à «Régates Internationales du Havre» avec son propre Yacht FILM. Dans la catégorie de six mètres, Max atteint le cinquième Place.

25. Juillet 1913

La première du premier long-métrage de Max Linder, LE DUEL DE MAX aura lieu en même temps dans le CINES NOLLENDORF THEATER à Berlin et dans l'OLYMPIA à Paris. Dans les deux pays, cependant, seulement une version abrégée est de voir, parce que revendications de droits d'auteur sur le scène de "miroir brisé" causent le film devrait sortir dans deux montages différents. La version complète d'une heure, est sorti seulement dans des pays comme le Royaume-Uni ou la Hollande, où il n'y a pas encore des législation pertinente. Mais, depuis la ré-sortie du film en Avril 1920, la scène est visible également en France.

10. Août 1913

Avec la fin de la «Saison Max Linder» Max Toréador a montré un total de 50 fois.

30. Août 1913

En ALHAMBRA le film-Sketch C'est le tango qui est la cause de ça a première. Ses partenaires sont l'Anglaise Hilda May, Georges Gorby et Pré fils. Malgré le nouveau titre, la saynète joué sur scène, est à nouveau Pédicure par amour. L'engagement dure 32 jours.

2. Sept. 1913

Max est victime d'un léger accident au début de sa performance à l'Alhambra. Lors de la descente d'une corde, il s'est effondré sur scène. Bien qu'il a poursuivi le sketch ce soir-là, les représentations des 3 et 4 Sept. sont annulées.

11. Sept. 1913

En Grande-Bretagne, le film «Max on the road to matrimony» sorti. Ce film comporte la scène séparée du «truc miroir» du DUEL DE MAX. Une version 9,5 mm "Pathé Baby", offert en 1923, reçoit le titre "Une bonne farce".

10. Oct. 1913

Max prend la direction de Kosmorama, qui a ouvert l'année dernière et il le prend de suite comme Pathé Journal. Après une rénovation, il rouvrira ses portes le 17.12.1914 comme CINÉ MAX LINDER.

11. Oct. 1913

Danse le Tango de l'ALHAMBRA aussi dans le «Palais de la danse» de L'OLYMPIA, ouvert le jour précédant.

14. Nov. 1913

Représentations de 17 jours au ROYAL ORFEUM à Budapest. Comme partenaire l'accompagnait Lucette Darbelle.

19. Nov. 1913

Dans l'hôtel RITZ à Budapest, de 8 heures du matin, il est visité par un huissier de justice. Pour un séjour pas terminé, dans l'HIPPODROME à Londres, il avait refusé les honoraires au courtier autrichien. A la fin de l'année dernière, un tribunal a condamné Max pour le paiement de 1000 francs, qu'il n'a pas payé.

3. Déc. 1913

Pendant l'arrivée à Saint-Pétersbourg, «une foule de plusieurs milliers de têtes l'accueillit et il a été levé sur les épaules et de cette manière apporté à la voiture.». (Rigasche Zeitung, 6.12.13 [russ. Kal., 23.11.13]). À côté de Georges Gorby et Ferral, son partenaire en Russie est Mary Mitchell. Là, il montre le film-Sketch C'est le tango qui est la cause de ça. Les éléments de l'action du Sketch ensuite être utilisé dans le film Coiffeur par amour. Par la musique, il est accompagné, selon son propre compte, par Dimitri Tiomkin (1894-1979).

4. Déc. 1913

Max visite "Brodyachaya Sobaka" (/Le chien enragé), un cabaret à Saint-Pétersbourg, où il rencontre, entre autres, Vladimir Maïakovski du mouvement de futurisme russe. (The Duel de Top Hats, Yuri Tsivian, Griffithiana № 50, 1994)

12. Déc. 1913

Dans le pièce en 2 actes Si j'ose m'exprimer ainsi de Jean Bastia, Irène Bordoni apparaît comme Max Linder. De telle sorte qu'elle est vu dans 'La Revue de Marigny' dans «Les Sosies» (de Max Linder) à partir de 11 Juin 1914. Un peu plus tard, Max Linder lookalikes apparaissent également dans le film. André Séchan a essayé de faire une carrière de Max Linder-double, en commençant par le film Comment il manqua son mariage. Ceci est suivi avec les séries "Patinot" en 1916, et "Fritzigli" en 1920.

16. Déc. 1913

Arrivée à Moscou, la deuxième étape de sa tournée en Russie. Par un groupe d'étudiants il est porté encore une fois, de la gare. Cinéastes entreprenants utilisent le séjour de Max Linder à Moscou, de mettre en scène un 'film moscovite', avec le titre de travail Maks i Kursistka (Max et l'étudiante) et comme partenaire, l'actrice française Mlle. Carron. Max quitte Moscou le 22 décembre. A Berlin, a lieu une projection du film N'embrassez pas votre bonne devant un public invité au «Lichtspiele 'Mozartsaal'».

20. Déc. 1913

Lors de son séjour à Moscou, il est invité à "Letuchey Myshi" (/La chauve-souris), un cabaret artistique, "dans lequel il a reçu un accueil inspiré, par toute probabilité, par un gag de miroir dans un de ses films." (Yuri Tsivian, Russia 1913 Cinema, Griffithiana № 50, 1994). Ce film est sans doute LE DUEL DE MAX.

25. Déc. 1913

De Kiev, le RUSSKOYE SLOVO écrit, que le deuxième spectacle au TSIRK a dû être annulée, en raison d'un manque de spectateurs, soit aux prix d'admission élevés. Les représentations restantes, prévues pour le 26. et le 27. déc., sont annulés également.

30. Déc. 1913

A Paris Harry Fragson, partenaire de Linder dans Entente Cordiale, est abattu par son père dans un différend.

31. Déc. 1913

En Gorodskom Teatre d'Odessa il apparait sur la scène trois jours. Encore plus enthousiaste qu'à Saint-Pétersbourg ou de Moscou, il est à Odessa «reçu dans les rues avec une joie et porté sur les mains. A cause de lui, il y avait même des incidents de la circulation qui rend nécessaire l'intervention de la police.» (St. Petersburger Zeitung, 2.1.14 [russ. Kal., 20.12.13])

 

_____________________________________

 

 

 

 

 

Appartement de Linder à Paris

Appartement de Linder à Paris: 113, Quai d'Orsay, XVe

 

 

Affiche de 'Le Duel de Max'

[Source: EYE Film Instituut Nederland]

 

 

Affiche de journal 'De Gebroken Spiegel'

Quand en novembre 1913 «Max en de Liefde» (Le duel de Max) vient dans les salles de cinéma, le "Miroir brise" scène est le eyecatcher dans les annonces (Nieuwe Tilburgsche Courant, 10. Nov. 1913)

 

Pathé-Baby

Extrait de catalogue «Pathé-Baby» 1923 [Source: cinerdistan.co.uk]

 

Photo de 'Pathe Journal' le Août 1914

"Pathé-Journal" en Juillet 1914 [Source: Paris-Palaces, Jean-Jacques Meusy, 1995]

 

 

Affiche pour 'sketch' à Budapest

Affiches pour son répresentation à Budapest. "Compagnie propre/ Apparence personnelle!"

 

 

Photo Max Linder en Russie

Max en Russie [Source: Maks Linder, Sergej Jutkewitsch 1926]

 

 

Photo Irene Bordoni comme Max Linder

Irène Bordoni sur la scène du Théâtre Doré (Comœdia illustré, 5. Jan. 1914)

 

Photo André Séchan comme Max Linder

ANDRÉ SÉCHAN, dit Fritzigli, le sosie de Max Linder. (Cinémagazine, 22. Dez. 1922)

1913

Articles 1913:

L'athlète complet (La Presse, 29/3/13)

L'aviateur inexpérimenté (Comœdia, 9/5/13)

Toro, Toro! (La Presse, 3/7/13)

La saison Max Linder à l'Olympia. (L'Aero, 5/7/13)

La réouverture de Alhambra (L'Humanité, 1/9/13)

L'Alhambra (Comœdia illustré, 20/9/13)

Max Linder dévalisé (Journal de débats politique et littéraires, 20/9/13)

Les risques du cinéma (Le cri de paris, 28/9/13)

Tournée, 1913

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1914

Articles 1914:

Max Linder en Russie (Comœdia, 10/1/14)

L’épouse inconnue (Le Film, 6/3/14)

LE - 2 (La Presse, 29/3/14)

A la Gaité-Rochechouart ... (Le Petit Parisien, 29/3/14)

Le sosie. (L'Intransigeant, 29/3/14)

Le cabinet noir (La Presse, 9/6/14)

Max Linder aux Folies-Marigny (La Presse, 13/6/14)

Le 14 Juillet de Max (La Presse, 16/7/14)

Max Linder a failli se noyer (Le Petit Parisien, 16/7/14)

 

Ciné Journal, 18.7.1914

(Ciné Journal, 18.7.14)

Théâtre en plein vent (L'homme libre, 25/7/14)

Max Linder n'est pas mort (La Presse, 4/10/14)

Max Linder a été tué (Le Siècle, 4/10/14)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

 

Scène de film Max à Berlin

Avant le Brandenburger Tor à Berlin [Scène de "Max Professeur de Tango"]

 

Article de journal de 'LE 2'

(La Presse, 29. Mars 1914)

 

Max Linder comme poilu

(Moving Picture World, 18. Nov. 1916)

 

Scène de film 'Max pedicure'

Photogrammes de films "Un idiot qui se croit Max Linder" (à gauche) et "Max pédicure" (à droite)

 

Article Max Linder mort

(Le Siècle, 4. Oct. 1914)

 

Max et son chien Wah

(El Paso Herald, 19. Fév. 1917)

 

Film-Sketches, publiés en 1914: [en Revue:] Elle est de ... Député

———————————————

Films sortis en 1914: Maks i Kursistka Max pédicure Max est décoré Max professeur de tango Max, maître d'hôtel Mari jaloux Max et la doctoresse Le pendu Max joue le drame Mariage forcé Max à Monaco Max asthmatique Max et sa belle-mère Cuisinier par amour Max au couvent La Très Moutarde Dick est un chien savant Coiffeur par amour

———————————————

Film non-fiction 1914: Max Linders Reise nach Warschau (Pathé Journal?)

5. Jan. 1914

Max quitte Odessa. Le tour a été prolongé de deux jours. Le 4 Janvier, il avait, comme déjà à Moscou le 21. Déc. 13, repris le Sketch Pédicure par amour dans son programme.

7. Jan. 1914

Arrivée à Varsovie, la dernière étape de sa tournée en Russie. Juste comme une semaine plus tôt à Odessa, où les fans ont été trompés et déçus par un sosie de Max Linder, la réception prévue n'a pas eu lieu ici non plus. Max a été amené secrètement à l'hôtel par le producteur polonais Mordka Towbin, et seulement qu'après son promettre de diviser les revenus des représentations théâtrales, Max a été réunie avec le représentatif 'officiel' Aleksander Hertz. (Nuevo Mundo, 10.6.32)

8. Jan. 1914

2-jour de la représentation à la FILHARMONIA de Varsovie.

Jan. 1914

Dans un sondage organisé par le magazine "Illustrierte Kino-Woche" (Berlin) au sujet de leurs acteurs préférés, Max est à la quatrième place. Sur les trois premières places ce sont les acteurs qui ont participé à «Scènes dramatiques», la division préféré actuellement par le grand public.

14. Jan. 1914

Un jour avant son retour à Paris, Max fait la prise de vue en plein air à Berlin pour Max professeur de Tango.

15. Mars 1914

Gabrielle Lange, partenaire de Linder dans des films comme Victime du quinquina et Amoureux de la teinturière meurt à Paris, «à la suite d'une longue et douloureuse maladie.» (L'Intransigeant, 18.3.1914)

27. Mars 1914

Le Revue Elle est de..., qu'il a coécrit avec Max Aghion, a première au Gaité Rochechouart. Les personnages principaux sont Made Andral, Castel et Dave Loty. Selon un rapport du FILM, 12.6.14, le Revue ne pas avoir beaucoup de succès: «Il a joué cet hiver à la Gaité-Rochechouart; on l'a immédiatement résilié tant son incapacité était notoire. Va-t-il de nouveau tenter l'insuccès sur les planches? Où l'arrêtera-t-on? Où s'arrêtera-t-il?» "LE 2" s'arrête le 23. Avril.

11. Juin 1914

Apparence «en chair et en os» dans Folies-Marigny avec le Sketch Député. A ses côtés sont Germaine Rysor et Fred Pascal. Pour le Sketch ont été prises des éléments du film Les vacances de Max.

4. Juillet 1914

Un tribunal à Paris a condamné Georges Lordier, le propriétaire de CINEMAX pour changer le nom de son cinéma. Max avait pris lors de la préparation de son propre CINÉ MAX LINDER la crainte que le public puisse CINEMAX a des droits spéciaux de montrer des Films Max Linder.

14. Juillet 1914

Lors d'une cérémonie sur la fête nationale française, à laquelle il avait invité entre outre la paire de danse Gaby Deslys et Harry Pilcer dans sa villa de Varenne-Saint-Hilaire, il y a un accident, dans lequel certains de ses invités tombent dans la Marne. Cependant, personne n'est blessé.

27. Juillet 1914

Pour les exploitants de cinéma à l'Hotel-Monopol à Vienne le film Max asthmatique est projeté. Contrairement à l'Allemagne, où, après le déclenchement de la guerre pas de nouvelles films de Max Linder plus être démontré, ce film sera présenté la fin Août en Autriche/Hongrie. D'autres projections de films, déjà achetés mais encore inédits, comme Max et sa belle-mère ou Max au couvent, sont lieu jusqu'a la fin de l'année, quoique sans la campagne de publicité habituel.

31. Juillet 1914

Alors qu'en Allemagne l'état de guerre est proclamé, la sortie dernière du film Max Linder avant la guerre Max à Monaco a lieu au Berlin cinémas. Les employés français de Pathé quitté la capitale le jour même.

3. Août 1914

Début officiel de la guerre entre l'Allemagne et la France. Max volontaires et fournit également sa voiture. «Nous avons vu Max Linder joyeux, au soir du troisième jour de la mobilisation, vêtu d'un pittoresque costume d'aviateur. Les badauds crurent au retour d'une troupe qui venait de tourner une scène impressionnante.» (La Lanterne, 3.10.14)

14. Août 1914

La publication prévue de la production COMICA Un idiot qui se croit Max Linder n'a pu avoir lieu en raison de l'éclatement de la guerre. 'L'idiot' est joué par Jules Vial. Depuis quelques mois, il a essayé d'établir sa propre série avec le caractère de 'Gaëtan'. Max Linder apparaît dans ce film seulement dans une scène de 90 secondes, tirée du film Max pédicure. Il semble cependant que la scène n'a pas été simplement copiées de la pellicule, mais séparément filmé par une caméra adjacente.

14. Sept. 1914

Le RIGASCHE ZEITUNG écrit, que Max Linder a été tué. Quatre jours plus tard un autre journal rapporté qu'il, au cours d'une opération militaire, était tombé le 2. Sept. 1914, tout en étant touché et écrasé par une voiture. En outre, le journal prétendu que Linder est né en Allemagne, une assertion qui reste si obstinément, qu'il est même forcé une demi-année plus tard, de montrer ses pièces d'état civil à un journaliste (Le Journal, 17.4.15). Le 3 Octobre Linder téléphone dans un hôpital militaire sur le front et déclare qu'il était même pas malade, mais seulement «convalescent». Quand le journal LE PETIT PARISIEN le

6. Nov. 1914

parle de son retour sur le front, on écrit par un «maladie», au lieu d'une blessure, comme la raison de son hospitalisation. En outre, le journal mentionne qu'il participe dans la guerre en tant que «aviateur-observateur». Mais quand il parle avec un journaliste en Juin 1915, il admet qu'il a été grièvement blessé et il fait la preuve d'une blessure sur sa poitrine. Il «ne dira pas parce que, je ne veux pas que ma pauvre mère découvre.» (Heraldo de Madrid, 17.6.15).

17. Déc. 1914

Le Pathé Journal est rouvert comme Ciné Max Linder avec la Première du film La Très Moutarde. "Note très importante. - Le Ciné Max Linder est le seul endroit de Paris où l'on pourra applaudir les scènes les plus comiques du célèbre «Roi du Film»." (La Presse, 16.12.14)

 

1914

 

 

1915

 

 

Films sortis en 1915: Le baromètre de la fidélité Le sosie Tulipe merveilleuse Le hasard et l'amour

———————————————

Film non-fiction en 1915: Pathé Journal

3. Jan. 1915

Le journal LA LANTERNE rapporte que «Max Linder, automobiliste au 19e escadron du train, est en congé de convalescence.» Plus tard, il est révélé que «Au cours de ses voyages périlleux, la conduite à une vitesse fantastique, sans lumières, une collision s'est produite. Max a été violemment jeté dehors, et grièvement blessé.» (Pictures and Picturegoer, 20.11.15)

2. Mars 1915

Max est déchargé de l'armée.

16. Mai 1915

Max commence sa tournée en Italie, à Turin. Avec son Sketch Député, où il se trouve de nouveau a côté de Germaine Rysor, il apparaît dans le TEATRO ALFIERI, le plus grand et le plus élégant théâtre de la ville.

19. Mai 1915

Au théâtre DAL VERME à Milan, il se produit sur scène jusqu'au 23. Mai. Puis il se rend à Florence et Gênes.

28. Mai 1915

Le deuxième soir de ses présentations de cinq jours au TEATRO NAZIONALE à Rome, le Premier ministre italien Antonio Salandra a fréquenté la soirée. Cinq jours plus tôt, Italie a déclaré la guerre à Autriche/Hongrie. «Le public romain se souvient encore de la nuit au "Nazionale" lorsque la représentation a été transformée en une manifestation patriotique, à laquelle l'inépuisable Max a donné des motifs, qu'à un moment donné il a crié de la scène: "Vive l'Italie"» (La Revista cinematografica, 25.11.25). La conclusion de sa tournée de l'Italie est Naples.

13. Sept. 1915

LA GAZETTE DE LAUSANNE indique la présence de Max Linder à l'hôtel BEAU-RIVAGE à Lausanne (Suisse). Là il tourne le film Max victime de la main qui étreint.

21. Déc. 1915

Max, accompagné par i.a. Prince (Rigadin) et Cécile Guyon est au GAUMONT PALACE à Paris, et vend des programmes. Cela accepté, comme tout autre cinéma en France, de faire don des recettes d'une journée, pour la "Journée du poilu".

 

 

 

Max Linder à Turin

Max Linder, en congé spécial, après avoir combattu au front où il sera bientôt retourner, a été présenté ces jours-ci à le publique Turin du Teatro Alfieri, vêtu comme poilu pour rassurer ses admirateurs qu'il n'est pas ... morts. C'était très acclamé. (La Vita cinematografico, 22 Mai 1915)

1915

Articles 1915:

[Depuis quelque temps ...] (Le Journal, 17/4/15)

Tournée, 1915

Ciné Max-Linder (Le Matin, 23/10/15)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1916

Articles 1916:

Chez Max Linder (La Rampe, 27/1/16)

Max Linder (Le Film, 12/8/16)

Quelques Vedettes (Cinéma et l'écho du cinéma réunis, 15/9/16)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

Affiche italien 'Deux août 1914'

(Cinemagraf, 14. Mai 1916)

 

Photo Max Linder et Spoor

Max Linder et George K. Spoor (Moving Picture World, 9. Déc. 1916)

11. Jan. 1916

Les lecteurs du journal brésilien., O IMPARCIAL, ont voté Max Linder le plus populaire acteur de cinéma de l'année 1915.

Févr. 1916

Max, "à Nice pour se reposer quelques semaines, vient de recevoir une offre si alléchante, qu'il s'est rendu aussitôt en Suisse pour tourner quelques films sensationnels..." (Le carnet de la semaine, 27.2.1916)

14. Avril 1916

Première du premier film de Max Linder, qui a été tourné depuis la guerre a commencé le Deux août 1914. Il semble très peu probable, qu'il a été filmé au début de la guerre, comme pratiquement tous historien du cinéma suggère, seulement pour être laissé sur les étagères pour les près de deux années à venir. Pour la durée de la guerre, seulement sept films dans la «Série Max» ont été faites pour Pathé. La majorité sont réalisés, il semble entre le début de 1916 jusqu'à son départ pour les Etats-Unis en Octobre de la même année, en Suisse. Dans une interview pour LA RAMPE, publié le 27.1.16, il a confirmé: «Je n'ai pas ... tourné un film depuis près de deux ans».

1916

Divertir les troupes à Verdun. Dans un auditorium souterrain, appelé "Trocadéro", Max Linder récite, en uniforme de caporal, «certains événements ludiques de sa vie tant qu'artiste de cinéma.» (Altonaer Nachrichten, 26.10.1916)

Août 1916

Conclut contrat avec Essanay sur 12 films par an.

28. Oct. 1916

Départ pour les Etats-Unis.

10. Nov. 1916

Max arrive dans les studios Essanay à Chicago. Il a emporté sa garde-robe en 46 troncs armoire.

Déc. 1916

Début du tournage de Max comes across à Chicago.

 

1916

 

 

1917

 

 

6. Févr. 1917

«Présentation corporative» de Max comes across au Loew's New York.

25. Févr. 1917

Le paquebot 'Laconia' est coulé par un sous-marin allemand. Tous les 50 copies du film de Max comes across, qui doivent être indiqués sur les îles britanniques est allé perdu.

6. Mars 1917

Voyage sur la côte Ouest pour tourner «His First Los Angeles Made Comedy» (Texte de l'Annonce, LOS ANGELES TIMES, 29.4.17), titré Max in a taxi. Les températures glaciales de Chicago a causé des problèmes de santé. Curieusement, Max, ainsi que son secrétaire Albert Petit, plus tard nierait avoir y aller. Avec l'argument "Pourquoi serait Linder nier être en Californie avant '20?" (Films in Review, Juin/ Juil. 1965), historien du cinéma Jack Spears, préférait de rejeter toutes les articles de presse contemporaines, couvrant ses activités à L.A., au lieu de mettre en doute le mot de Linder.

Avril 1917

Pour accélérer, il a été arrêté à Los Angeles. La plainte est tombé quand il a, le jour même de son procès, doit être hospitalisé.

21. Avril 1917

«Max Linder [...] n'est pas en mesure de procéder à son travail du cinéma pour Essanay. Il souffre de problèmes d'estomac, résultant de blessures par shrapnel, qu'il a reçu en France.» (New York Clipper, 25.4.1917)

Mai 1917

Le fin du tournage en Amérique après seulement trois films seront annoncés.

12. Mai 1917

Charles Chaplin lui donne une photo avec l'inscription: «À seul et unique Max / "Le Professeur" / De son Disciple / Charlie Chaplin / 12 Mai 1917». En retour, Charlot reçoit une photo de Max, sur lequel il avait écrit: «À Charlie Chaplin, «Le meilleur comédien du monde, «Max Linder.» Selon le Magazine Photoplay (Juillet 1920): «même pas Charlie est sûr de l'inscription», parce que, selon une autre revue PALCOS E TELAS (22.7.20), «On ne sait pas si "le meilleur comédien dans le monde" fait référence à Chaplin ou Max.»

6. Août 1917

Quitter Los Angeles. Départ pour l'Europe à bord de l'ESPANA, le 11 Août.

 

 

 

Affiche danois de 'Max in a Taxi'

Affiche danoise de "Max in a Taxi"

Autographe de Charlie Chaplin

Photo de Chaplin avec dédicace [Source: Le Film, 1. Oct. 1917]

Article Sanatorium

(Photoplay, Juillet 1917)

1917

Articles 1917:

Max Linder en Amérique (Le Film, 5/2/17)

Les Aventures de Max (Hebdo-Film, 10/2/17)

Et cependant il tourne! (La Grimace, 11/2/17)

[Depuis deux mois, ...] (Les Tréteaux, 16/3/17)

Ce vieux Max (Hebdo-Film, 18/8/17)

Le Film, 1.10.1917

(Le Film, 1.10.17)

 

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1918

Articles 1918:

Gala Max Linder. (Feuille d'avis de Lausanne, 31/5/18)

Le Gala au Grand Théâtre (Lausanne artistique, 1/6/18)

Gala Max Linder (Lausanne artistique, 13/7/18)

 

Le Film, 14.10.1918

(Le Film, 14.10.18)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

Affiche 'Gala Max Linder'

(Feuille d'avis de Lausanne, 6. Juillet 1918)

1. Avril 1918

Le magazine FILMA rapporte la vente de CINÉ MAX LINDER à la Société Omnia.

29. Mai 1918

Evénement de bienfaisance pour les soldats malades tuberculose dans GRAND-THÉÂTRE à Lausanne (Suisse). Les sketches Le baromètre de la fidélité et "The bill" (L'addition) sont présentés.

6. Juillet 1918

Un 'Gala Max Linder' est organisée dans le parc de l'hôtel BEAU-RIVAGE à Lausanne (Suisse). Un autre bénéfice avec un concert et cinéma en plein air. «Max Linder apparaîtra en chair et en os dans son film: "Max danse la Très Moutarde".» (Feuille d'avis de Lausanne, 6.7.18) Aussi "le grand artiste se produisant dans deux monologues, où il est d'un comique inénarrable" (Lausanne artistique, 13.7.1918)

 

1918

 

 

1919

 

 

Film sorti en 1919: LE PETIT CAFE

14. Mars 1919

Après un temps de transformation d'un an et demi, la réouverture de Ciné Max Linder a lieu.

21. Mars 1919

Max est a l'affiche dans le Sketch "The bill" (L'addition) au Ciné Max Linder jusqu'au 28 Mars. «... de nous montrer Max Linder dans le rôle d'un inénarrable pochard.» (Gazette de Lausanne, 30.5.18)

11. Nov. 1919

Max embarqué à nouveau pour l'Amérique.

15. Nov. 1919

«Présentation corporative» au Ciné Max Linder pour son deuxième long-métrage, LE PETIT CAFE.

  ______________________________________

 

 

Affiche de journal de 'Le Petit Café'

(Ciné-Journal, 1. Nov. 1919)

1919

Articles 1919:

 

Filma, 16.6.1920

(Le Siècle, 1.4.19)

 

Filma, 1.11.1919

(Le Film, 15.10.19)

 

Max Linder (Ciné pour tous, 20/12/19)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1

Articles 1920:

 

Le Film, Feb. 1920

(Le Film, Fév. 1920)

Charlie Chaplin (Comœdia, 2/2/20)

Première rencontre du "Noble Art" ... (Comœdia, 19/3/20)

Solution californienne de la crise des loyers (Comœdia, 21/9/20)

 

Le Film, Oct./Nov. 1920

(Le Film, Oct./Nov. 1920)

Comment je fus "dévoré" par une lionne (Comœdia, 16/10/20)

L'orgueil appris (Le Populaire, 18/10/20)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

Affiche de 'Le Feu Sacre'

Affiche de "Le Feu sacré"

Film non-fiction en 1920: Screen Snapshots №5

6. Févr. 1920

Sortie d'une réédition de Max toréador. A la fin, une scène a été ajouté qui convertir la corrida dans un rêve: «...et se réveille dans son lit en face de la vache, qui le regarde toujours, tranquillement.» (L'Echo annamite, 27.10.21)

30. Avril 1920

Sortie d'une réédition du DUEL DE MAX. Maintenant la scène du miroir, qui, pour des raisons de droits d'auteur, en 1913 ne pouvait pas être montré en France, devrait être réinséré dans le film: «Max Linder a utilisé le truc très connu du miroir des Hanlon-Lee.» (Ciné pour tous, 15.5.20). Un résumé du film publié plus tard suggère, qu'elle peut-être n'était pas.

15. Juin 1920

Commencer à travailler sur le film SEVEN YEARS BAD LUCK.

1. Oct. 1920

Pathé publié Le feu sacré, une réédition du film de 1911 Max et Jane veulent faire du théâtre avec Jane Renouardt.

 

1920

 

 

1921

 

 

Films sortis en 1921: SEVEN YEARS BAD LUCK BE MY WIFE

———————————————

Film non-fiction en 1921: Screen Snapshots №1

7. Juin 1921

BE MY WIFE est présenté dans une présentation fermé à L'Aeolian Hall à New York.

 

 

 

Affiche de 'Be My Wife'

Affiche de "Be my wife"

1921

Articles 1921:

 

Charmante soirée (Le Film, Avr/21)

 

Ciné Journal, 27.8.1921

(Ciné Journal, 27.8.21)

Chez Max Linder (Cinémagazine, 25/11/21)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1922

Articles 1922:

Max Linder a failli devenir aveugle (Cinémagazine, 13/1/22)

Max Linder (Cinémagazine, 10/3/22)

Max Linder revient ... (Comœdia, 13/7/22)

Un "Star” de Paris (Le Gaulois, 14/7/22)

Max Linder fera-t-il, chez nous, ... (L'Intransigeant, 10/8/22)

Cinéa chez Max Linder (Cinéa, 25/8/22)

Nos Vedettes Max Linder (Cinémagazine, 8/12/22)

Cinéa chez Max Linder (Cinéa, 29/12/22)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

Première de 'Foolish Wives'

(Exhibitor's trade review, 11. Mars 1922)

 

Affiche de 'Three Must-Get-Theres'

Affiche française de "The three must-get-theres"

Film sorti en 1922: THE THREE MUST-GET-THERES

———————————————

Films non-fiction en 1922: Hollywood as it is Pathé Journal №30

15. Févr. 1922

Accompagné par Charles Chaplin, Max Linder participe à la première de 'Foolish Wives', mise-en-scène par Erich von Stroheim, au MISSION THEATRE à Los Angeles.

15. Avril 1922

Son secrétaire Norwood Smith (25) est condamné à la probation parce qu'il a forgé sur deux chèques (un total de $650) le signature de Linder.

Mai 1922

Fin du mois, il invite quelques amis à une projection privée de THE THREE MUST-GET-THERES dans sa villa. Comme accueillir il se présente, déguisé en potentat oriental et un lion à ses côtés, dans un «tableau vivant».

5. Juillet 1922

Max revient en France (Nice) à bord du PARIS. Peu avant Max rejoint le 'United Artist' (Mary Pickford, Douglas Fairbanks, Charlie Chaplin & D. W. Griffith). Le BIG FOUR est ainsi devenu le BIG FIVE.

Déc. 1922

Peu avant noël, lors d'une excursion aux Rochers de Naye au lac Léman, Max Linder a fait une chute et se casse un bras. Il se remet dans une clinique d'Ouchy.

 

1922

 

 

1923

 

 

 

4. Avril 1923

Max se fait légèrement blessé dans un accident sur la "Promenade des Anglais" à Nice, où il est jeté hors de sa voiture. «Conduisant lui-même, il marchait à très vive allure, lorsqu'un moucheron lui entra dans l'œil. Il fit alors un mouvement brusque qui lui fit perdre la direction. L'auto monta sur le trottoir, puis se redressa et Max Linder fut projeté sur le sol.» (Impartial, 6.4.23) Quelques semaines plus tard, des journaux écrivent: «une tentative de suicide dissimulée, affirment certains.» (Feuille d'avis de Neuchâtel, 1.5.23).

29. Avril 1923

Après dix jours de recherche Max est arrêté à Nice par la police pour l'enlèvement de la 17-ans, "Hélène" Peters. Afin de prévenir l'élargissement du scandale, la mère de la jeune fille ne porte pas une plainte.

21. Juin 1923

Début de tournage de Au secours, film réalisé par Abel Gance.

Juillet 1923

Le journaliste Oscar M. Sheridan décrit dans une interview pour PICTURES AND PICTUREGOER Linders étrange réaction à la question sur les rumeurs au sujet de son mariage imminent: «Max me regardaient avec des yeux inconfortablement pénétrants. Il regarda méditativement par la fenêtre, tournant son pistolet à plusieurs reprises dans ses mains, ses doigts caressant la crosse, ou de jouer avec la gâchette.»

2. Août 1923

Max épouse 18 ans Marguerite "Hélène" Peters, «la jeune fille, dont il avait pris la fuite - comme s'il s'agissait d'un film - il ya quelques mois à la Côte d'Azur.» (Nieuwe Rotterdamsche Courant, 4.8.23). Le mariage a eu lieu dans la plus stricte intimité à l'église Saint Honoré dí Eylau. Remarquable pour (au moins) un journal, c'est que: «De nombreuses photos ont été prises à la sortie de l'église. "Comœdia" a publié une photo où l'on voit Max terriblement sérieux ...» (Unión ilustrada, 9.9.23). Après la mort des deux en Octobre 1925, ses amis réclamera, qu'il avait été «chantage», sous la menace de suicide, au mariage.

30. Nov. 1923

Arrivée à Vienne pour le tournage de CLOWN AUS LIEBE. Le metteur en scène René Hervil sera remplacé par Edouard Emile Violet à la fin de Janvier 1924.

 

 

 

Journal Photo de mariage

(Cinémagazine, 24. Août 1923)

Arrivé à Vienna

Arrivée à Vienne, 30. Nov. 1923 (Der Querschnitt, Jan. 1931)

1923

Articles 1923:

Max Linder et le mulet chatouilleux (Mon Ciné, 26/4/23)

Max Linder enlève une jeune fille? (L'Ouest Éclair, 28/4/23)

Une jeune fille enlevée par Max Linder (L'Impartial, 30/4/23)

Notre enquête auprès de nos artistes (Cinéa, 15/7/23)

 

Le Journal, 3.8.1923

(Le Journal, 3.8.23)

Max Linder s'est marié (L'Impartial, 4/8/23)

[Max Linder, certes, n'avait pas...] (L'Intransigeant, 4/8/23)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

1

Articles 1924:

Max Linder et sa femme empoisonnés (L'Ouest Éclair, 24/2/24)

 

Filma, 15.11.1924

(Filma, 15.11.24)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

Affiche américain de 'Max, Der Zirkuskoenig'

Affiche anglaise de "Max, Der Zirkuskönig"

 

Max et sa femme en bateau

M. et Mme Max Linder en petit bateau à Ouchy, lors de leur dernier séjour à Lausanne. (L'illustré, 25.11.1925)

Films sortis en 1924: Au secours! MAX, DER ZIRKUSKÖNIG
 

23. Févr. 1924

Tentative de suicide de Linder et sa femme est expliqué à la presse comme un accident.

11. Avril 1924     

La VITA annonce la finalisation de la prise de vue de CLOWN AUS LIEBE. Trois semaines plus tard, le titre est changé à MAX, DER ZIRKUSKÖNIG.

23. Mai 1924

«Présentation corporative» de MAX, DER ZIRKUSKÖNIG. Déjà trois jours plus tôt, Max et sa femme avaient quitté Vienne.

26. Mai 1924

En Versaille Max est de nouveau impliqué dans un accident. Bien que personne n'est blessé, il est sérieux fender bender.

12. Juin 1924

À la SCALA de Londres une version grossière de MAX, DER ZIRKUSKÖNIG, est présenté en séance fermée. Le critique de VARIETY écrit: «sans aucun doute l'une des meilleures comédies jamais été projeté.» (25.6.24)

27. Juin 1924

Naissance de sa fille Maud Lydie.

 

1924

 

 

 

1925

 

13. Févr. 1925

Max assiste à une Radiodiffusion de RADIO PARIS, 20 h 45, "Festival du Cinéma", pour fêter le trentenaire de l'invention du cinéma, avec le concours des principales vedettes de l'écran: allocution de M. Léon Gaumont, président de la 'Chambre syndicale du Cinéma'. M. Pierre Desclaux présente: Max Linder, Jean Angelo, Suzanne Bianchetti, Jacques Catelain, Germaine Dulac, Geneviève Félix, Marcel L'Herbier, Abel Gance, Sandra Milowanof, Gina Relly, Charles de Rochefort et Philippe Heriat. La transmission dure 75 min. En présence de Louis Lumière, un jour plus tard, il participe aussi à un banquet au "pavillon des Champs-Ellysées". Max Linder, qui "a une belle voix pour une vedette d'écran!", raconte, l'un et l'autre fois, "histoires sur ses vingt ans de cinéma" (Comœdia, 16.2.1925).

8. Mars 1925

Max prend part au "gala de l'Union des Artistes" au NOUVEAU-CIRQUE, «sous l'uniforme qu'il porte dans son dernier film.» (Comœdia, 9.3.1925)

16. Juin 1925

Sa femme, "Hélène" écrit un testament, «dans lequel elle dit que son mari a souvent menacée de mort et qu'elle vit dans la peur constante d'être tués. "Si je venais à mourir par lui ou même accidentellement, je désire que mon enfant Josette soit confiée immédiatement à ma mère."» (Amersfoortsch Dagblad, 23.11.27)

22. Juillet 1925

Le comité de la Société des auteurs de films a nommer Max Linder président.

13. Oct. 1925

Max abandonner la direction de la Société des auteurs de films.

18. Oct. 1925

Max Linder déposé son testament chez son notaire, M. de Meaux. Il détermine: «Je désire que mon frère Maurice soit le "tuteur" de ma fille et que celle-ci soit élevée par sa mère qui est une sainte femme.»

31. Oct. 1925

Troublé par un rendez-vous non-respecté avec sa fille, la belle-mère de Linder laisse déclenché la porte à la Suite de l'Hôtel Baltimore de 10 heures du matin. Max et sa femme ont été retrouvés inconscients. Tous deux avaient une overdose de somnifères, des injections de morphine et les poignets coupés. Dans l'après-midi autour de 5 heures et demi sa femme "Hélène" meurt en premier.

1. Nov. 1925

La mort de Linder à 30 minutes après minuit. Dans une lettre d'adieu à ses parents, il écrit: «J'ai cru trouver le rêve de ma vie, mais ... j'avais épousé un véritable monstre...»

5. Nov. 1925

Enterrement de Max Linder. Alors que sa femme est enterrée dans le cimetière de Père-Lachaise à Paris, seulement en présence de sa mère et deux amies, le corps de Max Linder a transféré à Saint-Loubès, sa ville natale. L'inhumation est accompagné de son père, ses frères Maurices et Gérard et de Mme. Crabit, sa sœur Marcelle. Le film, qui est tourné à cette occasion, obtient le titre L'enterrement de Max Linder.

 

 

Photo de Journal de Louis Lumière

Louis Lumière lire son discours (Heraldo de Madrid, 25. Févr. 1925)

 

Article de suicide

(Le Matin, 1. Nov. 1925)

1925

Articles 1925:

 

Ciné Journal, 27.8.1921

(Cinémagazine, 30.1.25)

[De Max Linder, il y aurait ...] (Le Figaro, 27/2/25)

Le nouveau rôle de Max Linder (Cinémagazine, 7/8/25)

Max Linder et sa femme ... (Le Journal, 1/11/25)

La fin tragique de M. et Mme Max Linder (L'Echo de Paris, 2/11/25)

La navrante aventure (La Lanterne, 2/11/25)

Le dernier film de Max Linder (Le Gaulois, 2/11/25)

Le dramatique suicide de Max Linder et de sa jeune femme (Le Siècle, 2/11/25)

Le suicide de Max Linder (Le Siècle, 3/11/25)

Après le suicide de Max Linder (La Presse, 3/11/25)

L'argent ne fait pas le bonheur (Le Sentinel, 3/11/25)

En Souvenir de Max Linder (La Rampe, 15/11/25)

Un autographe inédit de Max Linder (Le Siècle, 18/11/25)

Ses débuts (Le Gaulois, 20/11/25)

Souvenirs sur Max Linder (La Presse, 19/12/25)

 

►►► Plus d'articles

 

________________

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie

Livres:

Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Vol. 1-4, Henri Bousquet 1993-96

De Pathé Frères à Pathé Cinéma (1915-1922), Vol. 1+2, Henri Bousquet 1999

Catalogue des Films français de Fiction de 1908 à 1918, Raymond Chirat, 1995

Catalogue des films français de longs-métrages, Films de fiction 1919-1929, Raymond Chirat, 1984

Das Filmangebot in Deutschland, 1896-1911, Herbert Birett 1991

Das Filmangebot in Deutschland, 1912-1920, Herbert Birett (Manuscrit non publié)

Histoire générale du cinéma III, Georges Sadoul, 1951

Filmographie Universelle - Histoire du cinéma, Jean Mitry, 1969

Pathé Premier Empire du Cinéma, Jacques Kermabon, 1994

Catalog of Copyright Entries, Motion Pictures 1912-1939, Library of Congress, Washington, 1951

AFI Catalog Feature Films, 1921-1930, The American Film Institute, 1971

The Ciné goes to town, Richard Abel, 1994

Chronique du cinéma, Jacques Legrand, 1992

Max Linder, Charles Ford, 1966

Max Linder Ein früher Star, Thomas Kuchenbuch, Maske und Kothurn - Heft 1-2, 2008

etc.

 

Articles:

Max Linder Was The Motion Picture's First Truly International Star, Jack Spears, Films in Review Vol. XVI №5, 1965, 272ff

More on Linder, Jack Spears, Films in Review, June/July 1965, 391

Max Linder et le théâtre, René Jeanne, Revue d'histoire du théâtre, Avril-Juin 1965, 164ff

Le dossier du mois, Cinéma 64, Jan. 1964, 36ff-, Le comique à l'écran

Russia 1913 Cinema, The Duel of Top Hats-, Yuri Tsivian, -Griffithiana № 50, 1994, 129ff

Max Linder à Varsovie (1914), Irek Dembowski, 1895 №7, 1990, 91ff

Ripple Effect: the Theatrical Life of Max Linder, Frank Bren, New Theatre Quaterly Vol. 25 No3, Aug. 2009, p241ff (http://www.scribd.com/doc/46118434/Bren-Linder)

«Служитель смеха» Макс Линдер [/«Serviteur de rire» Max Linder], Eva Krasnov, Anatoly Drozdovskii, (http://odessica.net/articles/max_linder)

etc.

[►Articles misc 1908 à 1925]

 

[Début]     [Chronique]     [Films]     [Articles]     [Biblio.]     [Titres]     [Noms]     [Copies]     [Updates]

Copyright © 2006 [Georg Renken]. ─ E-mail: rengeo@web.de ─ Etat: November 2017 ─ Tous droits réservés