Les Comédiens au cinématographe

 

Max LINDER

______

 

 

    Max Linder est le Roi du cinématograph.

    C'est ainsi que l'ont baptisé les innombrables spectateurs dont il fait la joie depuis de longues années déjà, car bien qu'encore très jeune - il n'a en effet que 26 ans - Max Linder, ou Max, on l'appelle familièrement au cinéma, a derrière lui un passé déjà glorieux, d'artiste d'abord, d'auteur ensuite.

    Premier prix de comédie du Conservatoire de Bordeaux, Max débute à l'Ambigu en 1902; il entre ensuite au Théâtre Réjane, puis est engagé aux Variétés, où il crée entre autres Miquette et sa mère et Le Roi.

    En 1905, il entre à la Maison « Pathé Frères », qui a remarqué son talent, et depuis lors, n'a cessé de jouer dans les scènes de cette Maison qui s'est assurée l'exclusivité de sa collaboration par contrat.

    "Tous les exploitants se rappellent des premières bandes de Max Linder qui sont restées pour ainsi dire classiques: «La première sortie d'un collégien», «Rencontre imprévue», «Les débuts d'un patineur», etc., etc.

    Certaines d'entre elles après avoir connu des tirages fabuleux ont nécessité une nouvelle édition.

    Max Linder est, par excellence, l'acteur cinématographiste.

    Rien ne l'arrête dans l'interprétation d'un scénario; après une scène toute de finesse, il se tire avec brio des plus abracadabrantes acrobaties.

    Ce diable d'homme connaît tout, pratique tout: champion d'épée du monde des Auteurs dramatiques et des Artistes, champion de boxe, patineur, skieur, cavalier, cycliste, nageur, tireur au pistolet, aéronaute, etc.; aucun sport ne lui est étranger.

    Fervent d'automobilisme, il apprend en ce moment la conduite de l'aéroplane et on le verra bientôt s'attaquer dans cette partie, aux records actuellement adjugés... et les battre.

    La Maison « Pathé Frères » fait plus que de prétendre avoir tous les grands artistes, elle les a et peut citer les nombreuses bandes dans lesquelles chacun d'eux a joué:

    Max Linder, auteur et acteur, a donné et a joué dans cette Maison plus de cent vues comiques ou sentimentales, qui toutes ont été des succès: «En bombe», «Ingénieux attentat», «Une représentation au Cinématographe», «Tout est bien qui finit bien», «Le Duel de Monsieur Myope», «Jeune fille romanesque», «Kyrelor bandit par amour», «Max est distrait», «Je voudrais un enfant», etc., etc.

    Toutes ces vues, et bien d'autres, figurent dans les programmes de la Location des Etablissements Pathé Frères, aussi d'explique-t-on l'affluence de plus en plus considérable d'exploitants qui passent ces programmes.

    On ne peut résister en effet au goût du public. Georges FAGOT. (Ciné-Journal, 30.7.1910)