voriges Stück  <<          Index             >>  nächstes Stück 

 

Le crime d'Aix

Szenario: Albert Pujol — Länge: 5 Akte (8 Bilder) — Interpreten: MM. Henri Nertann (papa Gérard); Maurice Volny (Lucien Gérard); Adrien Caillard (Raymond Gérard); Jacques Villa (Dupotin); Jean Liézer (le général); Moreau (M. Leroy); Moret (le notaire); Favey (le potache); Synès (le commissaire); Vincent Denizot (Superbe); René Gréhan (Bilbao); Champdor (le Bergeracois); Albert Reusy (Flandrin); Alexandre Picard (le lieutenant Rebel); Max Linder (Payardel); Vaslin (le major); Brunet (Dutal); Jacquier (l'Alsacien); Dervet (Firmin); Bénard (Duverleau); Dalaine (Tanguy); Sylvain (Pontis); Royer (Eugène); Max (Millot); Maret (premier employé); Rocher (Fernand); Morel (un sergent) — Mme. Armande Cassive (Rose Pompon); Andrée Canti (Mme Gérard); Louise Dauville (Tubéreuse); Yriex (Hélène); Marthe de Cerny (Mme Leroy); Marie-Georges (Françoise); Adrienne Dherblay (Zoé); J. Lambert (Mariange); S. Vallier (Jacqueline); Marcelle Du Bled (Delphine); Yriane (Popote); Andrée Divonne (Mlle Lecomte); Jane Maylianes (Zibeline); Dervat (Mariette); Mary Simon (Solange) — [Tableaux: Premier tableau, deux frères; — deuxième tableau, Rose Pompon; — troisième tableau, au Palais de Glace; — quatrième tableau, le crime d'Aix; — cinquième tableau, l'arrestation; — sixième tableau, papa Gérard; — sixième tableau bis, le campement; — huitième tableau, au drapeau!] — Premiere: 3. Dezember 1904 (Paris/Théâtre de l'Ambigu) — 50 Vorstellungen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beschreibung/Kritik:

 

Est-il donc permis de transporter à la scène, à si peu de distance, et sous le même titre, un crime qui fit sensation; de nous montrer en une certaine Rose Pompon, que représente la blonde Armande Cassive, cette Eugénie Fougère, dernièrement assassinée à Aix-les-Bains, avec la complicité de son aimable dame de compagnie, la Giriat, devenue ici Tubéreuse? Et n'est-ce point une façon un peu trop commode de faire du théâtre? Ce sont là des questions qu'on peut raisonnablement se poser en sortant de l'Ambigu. Mais la licence étant admise, il faut convenir que l'étranglement de la belle créature a été réglé avec une recherche de vérité, dépassant tout ce qu'on a fait de mieux dans le genre dont le Grand Guignol s'était, jusqu'à présent, fait une spécialité. D'un réalisme violent, et plutôt malsain, avouons-le, le quatrième tableau du Crime d'Aix est bien capable de faire courir au boulevard Saint-Martin tous les amateurs de grosses et vulgaires émotions. C'est d'ailleurs, en vue de cette tragique scène de l'assassinat qu'a été bâtie toute la pièce. Et vous ne voudriez pas que je vous raconte comment, à la veille d'épouser la jeune fille qu'il a séduite, Lucien Gérard se trouve amené, pour obliger pécuniairement la maîtresse qu'il veut quitter — c'est Rose Pompon — à signer indûment du nom du banquier, son patron, trente mille francs de billets. Lucien courrait ainsi le risque d'être bientôt poursuivi comme faussaire si — pis que cela! — pour avoir imprudemment passé quelques instants dans la chambre de Rose Pompon le soir même du crime, il n'était audacieusement reconnu par Tubéreuse comme étant l'assassin, et arrêté comme tel. Son incarcération est heureusement de peu de durée. Excitée par la jalousie, Tubéreuse — telle la Giriat — se hâte de manger le morceau et dit qui a fait le coup: son propre amant. L'innocent est relâché, et la pièce serait finie, avant même qu'elle n'ait réellement commencé, si Lucien n'avait, en la personne de papa Gérard, un vieil oncle sévère et raseur, qui lui ordonne de se laver de ses fautes en faisant cinq ans de légion étrangère. Lucien obéit, et se distingue même si bien, à la tète d'une colonne envoyée contre les Marocains où il se fait glorieusement blesser, que le général lui apporte sur le champ de bataille la croix d'honneur. Si après cela Papa Gérard n'est pas content, c'est qu'en vérité il est bien difficile. Le public ne lui avait, d'ailleurs, pas longtemps tenu rigueur. Il avait applaudi Volny, tout autant que M. Nertann sous les traits du vieux raseur. Et il avait fait à Mlle Cassive, — aussi belle à voir, étouffée sur le lit de Rose Pompon, qu'elle était affriolante en Môme Crevette dans le lit de la Dame de chez Maxim, — tout le succès qu'elle méritait. (Les annales du théâtre, 1905)