vorige r Film<<        Filme             >>  next         

 

Les débuts d'un collégien

Länge: ?m - Interpret: ? - Produktion: Théophile Pathé - Katalog-Nr.: ?

                 ————————————————————————————————————

Translation: "This schoolboy could be seen wandering about the crows whilst whistling in a quiet street or, raising his head, he could see a lovable person leaning on the window bar and beckoning him to go upstairs! In the boudoir of the beautiful woman, he was too reserved for the taste of the latter, and to make him feel at ease, she offered him some candy which he accepted, and the offer of a cigarette followed, The young woman pretended to be aware that it was probably a cigar that her guest would rather not dare to undeceive her or refuse a second time, the potache accepted bravely, and a hilarious scene followed From which the apprentice smoker was emboldened, then, satisfied with the result of his courage, assumed the air of a conqueror, and pretended to appreciate the tall havana as a connoisseur.Helas, a malaise was soon to be felt. In spite of his efforts, to conceal it in the end. (Suzanne Pathé, Souvenirs ensoleillés d'une éducation à l'américaine, unpublished memoirs, 1964, p.371-372 [Private collection]) (Source: <grimh.org>)

                 ————————————————————————————————————

"Ce collégien on le voyait flânant aux corneilles déambulant tout en sifflotant dans une rue tranquille ou, levant la tête, il apercevait une aimable personne, accoudée sur la barre d'appui de sa fenêtre et lui faisait signe de monter la voir !Une fois dans le boudoir de la belle, il s'y montrait trop réservé au goût de cette dernière. Pour le mettre à l'aise, elle lui offrait quelques bonbons qu'il acceptait. L'offre d'une cigarette suivait, que le collégien refusait timidement. La jeune femme faisait alors mine de comprendre que c'était sans doute un cigare que son invité préférerait. N’osant alors la détromper ni refuser une seconde fois, le potache acceptait bravement. Une scène hilarante s'en suivait au cours de laquelle l'apprenti fumeur s'enhardissait puis, satisfait du résultat de son courage, prenait des allures de conquérant et faisait mine d'apprécier le gros havane en connaisseur.Hélas, un malaise ne tardait pas à se faire sentir. Le malheureux collégien passait par toutes ses phases sans pouvoir, malgré ses efforts, le dissimuler finalement. (Suzanne Pathé, Souvenirs ensoleillés d'une éducation à l'américaine, mémoires inédites, 1964, p.371-372 [collection particulière]) (Source: <grimh.org>)

 

 

 

Anmerkung/Note: Lt. den Erinnerungen von Suzanne Pathé ist dies der erste Film, den Max bei der Produktionsgesellschaft ihres Vaters, Théophile Pathé gedreht hat, bevor er bei Pathé-Frères anfing. (Suzanne Pathé, Souvenirs) – [According to the memory of Suzanne Pathé is this the first film Max made for the company of her father, Théophile Pathé, before working for Pathé-Frères. (Suzanne Pathé, Souvenirs)]