voriger Sketch  <<          Filme            >>  nächster Sketch 

 

Sketch Député

"2 Film Elemente"

[La Revue de Marigny] Weitere Titel: Max als Deputierter/ Max deputato (I) - Szenario: Max Linder - Länge: 2 Akte - Interpret: Max Linder {le député}; Germaine Rysor {Mlle Poutoune}; Fred Pascal {le préfet}; Conteville {Firmin}; Berger {Joseph}; [In Italien: Emile Rouvière; Louis Gauthier; Smote] - UA: 11. Juni 1914 (Paris/ Folies-Marigny) — Weitere Auff.: 16.5.15 (Turin/ Teatro Alfieri); 19.5.15 (Mailand/ Teatro Dal Verme); 27.5.15 (Rom/ Teatro Nazionale)

                 ————————————————————————————————————

Im Théâtre Marigny drängt sich jeden Abend eine gewaltige Menge: um Max Linder zu sehen, riskiert man gern einen Stockschnupfen. Es ist auch tatsächlich amüsant, den berühmten Max zu sehen, wie er sich, bald auf der Leinewand, bald in persona, dem Präfekten seines Wahlkreises vorstellt, wie ihn sein kleines Mädl (sie hört auf den poetischen Kosenamen Poutoune) in Verzweiflung bringt, und wie sich schließlich alles in Wohlgefallen auflöst. Das Rätsel von Maxens Erfolg liegt meiner Ansicht nach in der sichtlichen Freude, die er selbst an seinem Spiel, seinen Gesten, Grimassen und Verrenkungen hat, und die sich dem Publikum mitteilt. F.B.[=Fritz Bondy]. (Das Organ der Variétéwelt, 27.6.1914)

                 ————————————————————————————————————

At the Marigny Max Linder, apparently a locally popular comedian, is combining a cinema feature with a comedy sketch. A dramatic prologue introduces a Parisian called away on a political errand to a near-by town. His infantile mistress insists on going with him. As they leave their apartments, lugging a very large hand trunk, the cinema takes up the story and they are shown at the station, where the wife, clinging to her husbands neck, is carried away with him on his journey.  Arriving at the village where the presence of the mistress would be embarrassing, the youth tries to ship her back home, but is finally compelled to pack her in his trunk and in this fashion carry her into the home of a irascible uncle. Again the picture ends and the remainder of the playlet is acted, The somewhat boisterous fun being extracted from the effort of the youth to keep the mistress concealed, first in the bed, later in the bathtub of his suite and her final exposure when the uncle (discreetly covered by a bathing suit, however) tries to take a bath in the same tub in which the young woman in hiding. BURNS MANTLE (The Chicago Tribune, Jul. 12, 1914)

                 ————————————————————————————————————

Cela d'autant plus que la pluie et le froid règnent en maîtres dans la capitale, faisant beaucoup de tort aux recettes des établissements des Champs-Elysées. Il faut pourtant excepter les Folies-Marigny où il y a foule presque tous les soirs, grâce à Max Linder qui y interprète un sketch, "Député" dont il est l'auteur et dans lequel il a pour partenaires Mlle. Rysor et M. Fred Pascal. Ce sketch qui, comme bien on pense, se passe tantôt sur la scène , tantôt sur l'écran, nous montre d'une façon amusante les démêlés de Max qu'accompagne son inséparable amie Poutoune, avec le préfet du département dans lequel il a posé sa candidature. Il serait oiseux de vouloir raconter par le menu l'action du sketch dont tout le charme tient dans le jeu de Max Linder, dans ses gestes, ses grimaces et son entrain. Fr. Bondy [=Fritz Bondy] [Partie française] (Das Organ der Variétéwelt, 27.6.1914)

 

 

 

Anmerkung: Teile der Handlung wurden dem Film Les vacances de Max (1913) entnommen. Das Rahmenprogramm in Italien wurde der Zeit angepasst, als Italien, dass sich bislang neutral verhalten hatte, Österreich/Ungarn den Krieg erklärte (23. Mai 1915) und sich der Seite von Frankreich und England anschloss:

"die weiße Leinwand zeigte die plötzliche Abreise von Max Linder in Richtung der italienischen Grenze in einem Auto mit erschreckender Geschwindigkeit, schließlich in einer Kurve zerschellend, auf einem Pferd, das in einen Fluss stürzt, zu Fuß laufend, und letztendlich an Bord eines leeren Ballons, in den und von dem er sich herunterlässt an einem Seil in der Nähe der italienischen Grenze, wo er sich schnell als französischer Soldat kleidet mit einem Gewehr in der Hand, als erstes in das versteinerte Gesicht eines italienischen Soldaten auf der anderen Seite der Grenze blickt, der auch mit seinem Gewehr droht ... aber der misstrauische Blick der beiden Soldaten milderte sich langsam und führte zu freundlicheren Blicken, die Max Linder und den italienischen Soldaten dazu brachten, die Grenze zu überqueren und sich brüderlich zu umarmen ... "Marseillaise" Italienische Nationalhymne ... Wahnsinnige Ovationen! .. Eine begeisterte patriotische Demonstration!" (Heraldo de Madrid, 17.6.1915)

Die geplante Premiere am 6. Juni 1914 wurde nur einen Tag vorher verschoben (La Presse, 7.6.14). Rückwirkend bezeichnete die New York Times (19.2.17) «Député» als "one of those silly boudoir sketches" und deutet an, dass er bei Ausbruch des Krieges noch auf dem Spielplan stand. Tatsächlich hatte jedoch am 1. August 1914 eine neue Revue "On s'embrase à Marigny" Premiere. In die Revue de Marigny (Premiere: 25.4.14) wurde ebenfalls am 11.6.14 der Sketch «Les sosies [de Max Linder]» aufgenommen. Neben Irène Bordoni traten darin Mlles. Thuillier, Charley, Dauriac, Marie Louise, Sariot, Fureyo, Marcel et Sylvia auf. 

[Note: Parts of the plot were taken from the film Les vacances de Max (1913). The surrounding program in Italy was adjusted to the time when Italy, which had remained neutral, declared war (May 23, 1915) on Austria/Hungary and joined the side of France and England:

"the white curtain was showing the sudden departure of Max Linder towards the Italian border in a car at appalling speed, eventually shattered in a curve, on a horse that falls into a river, running and finally aboard a balloon, in which and from which he climbs down on a rope on the edge of the Italian border, where he quickly dressed as a French soldier and with a gun in his hand looks at first at the sullen face of an Italian soldier on the other side of the border who also gives warning with his rifle ... but the suspicious looks of the two soldiers gradually softened and became sympathetic looks that pushed Max Linder and the Italian soldier to cross the border and join in a brotherly hug ... "Marseillaise" and the Italian national anthem ... Delirious ovation! .. An enthusiastic patriotic demonstration!" (Heraldo de Madrid, June 17, 1915)

The scheduled premiere on June 6th 1914 was postponed only a day before (La Presse, June 7th 1914). Looking back, the New York Times (Feb. 19th 1917) called «Député» "one of those silly boudoir sketches" and indicated that it was still on the bill, when the war broke out. In fact, on August 1st, 1914 a new revue "On s'embrase à Marigny" premiered. Also added to the Revue de Marigny (Premiere: Apr. 25, 14) on June 11th was the sketch «Les sosies [de Max Linder]» starring Irène Bordoni and with Mlles. Thuillier, Charley, Dauriac, Marie Louise, Sariot, Fureyo, Marcel et Sylvia."]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Weitere Beschreibungen/Kritiken:

 

Max Linder, the picture comedian, opened in a sketch at the Marigny, June 11, and did fairly. The idea of the act is taken from an old film, the middle portion of the sketch being pictures showing a railroad journey in which a guest secretes his sweetheart in a friend's trunk. The sketch consists of amusing intrigues through hiding the girl. The act closes in a bathroom scene. (Variety, Jun. 19, 1914)

                 —————————————————————

Max Linder débutait hier aux Folies-Marigny, où il interprétait lui-même, - en chair et en os, pour nous servir de l'expression même par laquelle furent annoncés ses débuts - ce sketch: Député, dont il est l'auteur. Oh! les tribulations de Max! ses querelles avec Mlle Poutoune, sa gentille maîtresse si exquisement personnifiée par Mlle G. Rysor; ses démêlés avec l'amusant préfet qu'est M. Fred Pascal!... qui rendra jamais le comique de ces diverses scènes et qui dira le fou rire qu'elles ont déchaîné dans la salle?... En même temps, M. Jacques Charles directeur toujours habile, avait demandé à M. André Barde d'ajouter à sa revue déjà si plaisante plusieurs scènes nouvelles: la Pénération pacifique, jouée par Mlle Anne Dancrey et Mlle Alice de Tender, Têtes à l'Huile pour souverains, par MM. Raimu et Fred Pascal, et les Sosies de Max Linder, où Mlle Irène Bordoni et une douzaine de charmantes artistes furent très applaudies. Mais le grand triomphateur, ce fut naturellement Max Linder. Et il triompha doublement, au point que les spectateurs sont partis sans pouvoir décider comment ils préféraient l'excellent artiste: sur l'écran ou bien sur la scène, en chair et en os. Aux Folies-Marigny, on voit Max Linder sous les deux aspects. On ne sait discerner lequel lui est le plus favorable, mais ce que l'on sait bien, c'est que nul n'est en ce moment plus populaire, plus choyé du public que notre Max Linder. (Le Petit Journal, 12.6.1914)

                 —————————————————————

Le colossal succès de Max Linder, interprétant en personne, sur la scène des Folies-Marigny, un sketch de sa composition, dépasse toutes les prévisions. Jeudi, soir de la première, le public était déjà très enthousiaste, mais hier, à la seconde, ce fut la plus formidable explosion de rire et de gaîté qui se puisse imaginer. Et notez que ce public, qui a ainsi acclamé hier soir Max Linder, Mlle Rysor et M. Fred Pascal, était trois fois plus nombreux que la veille. M. Jacques-Charles a fait un véritable coup de maître en engageant Max Linder pour jouer ainsi, en chair et en os, sur la scène qu'il dirige, un sketch aussi divertissant. On a dit des revues qu'elles ne se racontaient point. Cela est encore plus vrai pour les sketches de Max Linder. Toujours l'action, en est imprévue, originale et au plus haut point amusante, mais avec l'entrain, le mouvement, la verve et le comique qu'apporte dans l'interprétation notre Max Linder national; c'est du délire, c'est du triomphe. L'intérêt de la soirée d'hier résidait surtout dans ce fait que Max Linder interprétait lui-même en personne ce sketch: Député, dont il est l'auteur. Oh! les tribulations de Max! ses querelles avec Mlle Poutonne, sa gentille amie, si exquisement personnifiée par Mlle G. Rysor, ses démêlés avec l'amusant préfet qu'est M. Fred Pascal... qui rendra jamais le comique de ces diverses scènes? et qui dira le fou ce qu'elles ont déchaîné dans la salle? … Un inextinguible qui accompagna les spectateurs jusqu'à leur voiture. Beaucoup, rentrés d'eux, auront ri encore en se remémorant les épisodes de la sa gaie soirée. Pour que fût complet notre plaisir, M. Jacques-Charles, directeur des Folies-Marigny avait prié M. André Barde d'ajouter à sa revue déjà si plaisante, plusieurs scènes nouvelles. Celles-ci ont eu un très brillant succès «la Pénétration pacifique», par Mlle Ann Dancrey et Mlle Alice de Tender, «les Têtes à l'Huile pour souverains», par MM. Raimu et Fred Pascal, enfin «les Sosies», par Mlle Irène Bordoni et ses petites camarades, été très goûtés. Ces sosies, vous l'avez deviné sont les sosies de Max Linder. Mais toujours à propos de Max une question se pose. Comment préférez-vous cet excellent artiste? Sur l'écran ou bien en chair et en os, sur la scène? La controverse se trouve passée, aujourd'hui qu'il nous est possible, aux Folies-Marigny, d'envisager Max Linder sous les deux aspects. On ne sait en vérité lequel des deux lui est le plus favorable, mais ce que l'on sait bien, c'est que depuis hier il est, plus que jamais, l'idole des foules parisiennes. (Comœdia, 13.6.1914)