voriges Stück  <<          Index             >>  nächstes Stück 

 

Les deux ecoles

Szenario: Alfred Capus - Länge: 4 Akte - Interpreten: MM. Albert Brasseur (Edouard Maubrun); Georges Guy (Le Hautois); Prince (Brèvannes); André Simon (Joulin); Emile Petit (Molitor); Max Linder (Serquigny); Rocher (1er garçon); Albert Reusy (Le Gérant); José Dupuis (Le Maître d'Hôtel); Thiéry (un Dineur); Darcourt (un Domestique); Cochois (Le Sommelier); Lambert (2ème garçon); Le petit Cochois (Un Groom) — Mme. Jeanne Thomassin (Mme Henriette); Marie Magnier (Mme Joulin); Eve Lavallière (Mme Estelle); Le Bergy (Mme Breneuil); Louise Dorlac (Louise); Nita Rolla (Clémence); Mary Frémont (Laure); A. Marius (une Dineuse); Georgette Armand (une Dineuse); Tarinville (une Dineuse); Lukas (une Dineuse) - Wiederaufnahme: 3. Januar 1908 (Paris/Théâtre des Variétés) — 43 Vorstellungen

                 ————————————————————————————————————

[...] N'oublions pas d'adresser des compliments à M. Max Linder, un jeune comédien qui a de l'avenir, à MM. Petit, Rocher, à Mlles Lebergy, Dorlac et de Frémont, qui sont charmantes. [...] Emile Max. (Le Radical, 4.1.1908)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beschreibung/Kritik:

 

Aux Variétés, c'est encore Alfred Capus qui a en ce moment les honneurs de l'affiche avec une reprise de ses Deux Écoles. J'avoue que je préfère encore à celles-ci les deux Écoles de Molière — l'École des Maris et l'École des Femmes — mais celles de M. Alfred Capus n'en, sont pas moins une délicieuse comédie et qui a retrouvé auprès de son nouveau public tonte sa faveur d'antan. L'interprétation n'a guère change. Pourtant c'est Mme Thomassin qui remplace Mme Granier. On fit bien demander à celle dernière si elle pourrait chaque soir venir du Vaudeville aux Variétés jouer les actes des Deux Écoles pendant les entr'actes de la Veine. Mais Mme Granier prétexta la fatigue et M. Fernand Samuel engagea Mme Thomassin. Mme Thomassin se montre, du reste, une exquise Henriette Maubrun, et qui sait ne point faire regretter son admirable devancière. Il me semble que c'est un éloge, ça, mademoiselle... M. Brasseur est toujours l'excellent Edouard Maubrun de naguère et M. Guy un M. Hautois des plus réjouissants. Quant à Mme Magnier, elle n'a pas cessé d'être une souriante Mme Joulin, et Mme Lavallière, notre Eve Lavallière, nous a prouvé une fois de plus que si elle quitte jamais les Variétés, on ne l'y remplacera point facilement. (Le Journal amusant, 25.1.1908)