[FIGARO - CINÉMA]

__________

 

 

    De Max Linder, il y aurait beaucoup à dire.

   Son nom qui, depuis des années, brille au cinéma, dont il fut un des pionniers, appelle le rire de bon aloi.

   I fut le premier comique de l'écran et il l'est resté de toute sa personnalité vive et enjouée. Sa drôlerie, toujours en place, sa grande finesse aussi, font que ses créations sont des succès renouvelés. Et il faut se souvenir, dans sa parodie des Trois Mousquetaires, de son entrée à Paris sur une mule faisant du pas espagnol!...

   Le cinéma lui doit une véritable reconnaissance, car il lui fut fidèle, à travers les difficultés du commencement!!!... jusqu'à présent, où elles ont simplement change de forme.

   Max naquit à Bordeaux en 1885. Il entra au Conservatoire de cette ville à dix-sept ans et en sortit, deux ans plus tard, avec un premier prix.

   Engagé par M. Grandey, directeur du Théâtre des Arts de sa ville natale, il y joue du classique et du moderne, entre autres: le Barbier de Sevilla, les Précieuses Ridicules (de Molière), les Fourberies de Scapin (Molière), les Romanesques (Rostand). En 1904, encouragé par ses premiers succès, il vit à Paris. Il voulut entrer au Conservatoire. Mais M. Leloir, un de ses professeurs, lui demanda ce qu'il venait encore apprendre... N'avait-il pas l'expérience? Aussi Max Linder ne tarda-t-il pas à être engagé à l'Ambigu, où il reste près de deux ans.

   Il débute au cinéma, chez Pathé, où, pendant six ans, il tourna un drame ou un film comique, chaque jour. Aussi l'on comprendra qu'il lui serait difficile d'en énumérer tous les titres. Ces bandes variaient de cent à deux cents mètres. En 1904, il tourna son premier film, la Sortie d'un Collégien; plus tard, en 1905, date à laquelle il commença la fameuse série dont nous parlons ci-dessus. Au nombre de ces films, citons; La mort d'un Toréador, les Contrebandiers, le Poison, des bandes dramatiques, d'autres comiques, telles que: Les débuts d'un patineur, Un coup d'œil à chaque étage, le Premier cigare d'un collégien, Avant et Après, le Râtelier de la belle-mère.

   En 1910, vinrent ses premiers grands films comiques en trois parties: Le Duel de Max, Max Toréador, Max pédicure, Tous les Sports, N'embrassez pas votre bonne, les Vacances de Max, la Moutarde, etc. Il tourna ainsi environ 550 à 600 films!

   Naturellement, M. Charles Pathé, comprenant l'excellent élément qu'il possédait, lui payait déjà, en 1912, 350.000 francs par an, chiffre fabuleux à cette époque.

   En 1914, bien que venant d'être opéré, il s'engage, mais asphyxié par les gaz, il est réformé en 1916.

   Il va se soigner en Suisse et en profite pour y tourner Max et la main qui étreint et Max et son taxi.

   Se rétablissant peu à peu, il est engagé par «L'Estaray» pour tourner, en Amérique douze films de deux parties pour une somme de 1.500.000 francs. Le premier fut Max part en Amérique, puis, vinrent, Max veut divorcer, Max et son taxi. Il venait de commencer la deuxième phase de sa carrière; malheureusement, sa santé redevenant précaire, il doit rentrer en toute hâte en France. Sa nature sportive lui permit, six mois après, de reprendre le travail dans le rôle d'Albert Loriflan dans le Petit Café, réalisé par H. Diamant-Berger, d'après Tristan Bernard. Ce film fut un triomphe pour Max.

   En 1919, il repart en Amérique et y tourne Sept ans de malheur, Soyez ma femme (un de ses meilleurs film), puis l'Étroit mousquetaire, la désopilante parodie de roman d'Alexandre Dumas. Sa création, dans cette production de Max Lind'Ertagnan, est inoubliable.

   A la fin de la réalisation de ce film, un accident faillit lui coûter la vue, mais heureusement, après six semaines de souffrances, il parvint à la recouvrer.

   Revenu en Europe, il tourne, pour «la Vita-Film», Roi du Cirque, en collaboration avec Violet. Ce film est donné à l'Aubert-Palace depuis le 20 février, en exclusivité.

   Actuellement, Max Linder travaille à son prochain film, Barkas-le-Fol, qui sera, comme ses autres productions, marquée de sa personnalité, si éminemment française. Robert Spa. (Le Figaro, 27.2.1925)