voriges Stück  <<          Index             >>  nächstes Stück 

 

Le roi

[Comédie] - Szenario: Gaston-Arman de Caillavet; Robert de Flers; Emmanuel Arène - Länge: 4 Akte - Interpreten: MM. Albert Brasseur (le Roi); Georges Guy (Le Marquis de Chamarande); Max Dearly (Blond); Prince (Lelorrain); Armand Numès (Bourdier); Moricey (Cormeau); André Simon (Gabrier); Emile Petit (Rivelot); Charles Bernard (l'évèque); Max Linder (William Touret); Rocher (Cruchet); Blanche (Sernin de Chamarande); Avelot (le Président); José Dupuis (un valet de pied); Albert Reusy (un reporter); Brenner (le Général) — Mme. Marcelle Lender (Thérèse Marnix); Eve Lavallière (Marthe Bourdier); Amélie Diéterle (Suzette Bourdier); C. Médal (Georgette Langlois); Louise Dorlac (Angèle); Nita Rolla (La Marquise de Chamarande); Mary Frémont (Francine Marande); Lukas (une femme de chambre); Becker (Mme de Castel-Fréjol); Renhardt (Mme Morel); Perroni (la nous-préfère); Germaine Demontès (Mme Barbrot-Letilleul); Nalda (Mme Pingot) - [1er acte.  ̶  (1er tableau) (décor de Lemeunier): Le cabinet de Bourdier.   2e acte.  ̶  (2e tableau) (décor de Bertin): Le boudoir de Thérèse Marnix.   3e acte.  ̶  (3e tableau et 4e tableau) (décor d'Amable): Salle des fêtes du château de Gourville.] - Premiere: 24. April 1908 (Paris/Théâtre des Variétés) — 350 Vorstellungen

                 ————————————————————————————————————

Max Linder ne brille pas par la distinction dans le rôle de William Touret, le petit auteur favori de Thérèse. Louis Schneider (Comœdia, 25.4.1908)

 

On doit encore féliciter M. Simon, un ministre d'une robuste cordialité; M. Petit, toujours adroit et sûr comédien, en secrétaire-factotum; M. Ch. Bernard, un évèque d'une parfaite dignité, et M. Max Linder, le plus adroit des jeunes fètards. (Le Figaro, 25.4.1908)

 

Je ne voudrais oublier ni le fils du marquis de Chamarande, délicieux amoureux comique ni M. Max Linder qui indique gaîment l'inquiétant William Touret sunommé Riri, - le petit ami de la belle comédienne Thérèse Marlix (Gil Blas, 30.9.1908)

 

Szenenfoto Le Roi

Acte 4: Le Salon de réception au château de Bourdier (Le Théâtre #228, 15.6.1908)

 

 

 

Anmerkung: Am 5. Juni 1909 spielte Max Linder zum letzten Mal in "Le Roi". Krankheitsbedingt, für fast fünf Monate, vom 17.10.08 bis 10.3.09, "Reusy le remplace dans le rôle de William Touret. Mais Max Linder était chargé aussi, en cas d'empêchement de Max Dearly, de doubler celui-ci. C'est maintenant Petit qui en serait chargé. (Comœdia, 23.10.1908)" - Während er sich in Paris von Reusy vertreten ließ, erhielt Max Ende Januar 1909 seine Chance die Rolle des "Blond" in seiner Heimatstadt Bordeaux zu spielen: "Il nous souvient de lui avoir vu jouer dans sa ville natale, à Bordeaux, le rôle du policier dans Le Roi, rôle créé par Max Dearly. Max Linder y était véritablement étourdissant de verve irrésistible." (Comœdia, 7.11.1925) Ab dem 3. März 1910 konnte er die Rolle des 'Blond' für einige Tage im THEATRE DES CELESTINS in Lyon erneut spielen. - Note: June 5, 1909 was the last time Max Linder appeared in "Le Roi". Due to illness, for almost five month, from Oct. 17, 1908 till Mar. 10, 1909, "Reusy replaces him in the role of William Touret. But Max Linder was also charged, in case of the absence of Max Dearly, to be the understudy for him. It is now Petit who would be responsible" (Comœdia, Oct. 23, 1908). While Reusy replaced him in Paris, Max had the chance to play the role of "Blond" in his hometown Bordeaux in late Jan. 1909: "We remember to have seen him play in his hometown, Bordeaux, the role of the police in Le Roi, a role created by Max Dearly. Max Linder he was truly stunning, with irresistible verve." (Comœdia, Nov. 7, 1925) Beginning March 3, 1910, Max was to play the role of 'Blond' again for a couple of days at the THEATRE DES CELESTINS in Lyon.]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beschreibung/Kritik:

 

Viel leichter sind die Aehnlichkeiten eines anderen Stückes herauszufinden, das unter dem Titel “Der König” im Théâtre des Variétés volle Häuser macht. Drei geistreiche Herren haben sich zusammengetan, um diese Satire zu schreiben: die Lustspieldichter de Flers und de Caillavet und der Kritiker Emmanuel Arène. Ich weiß nicht, wie die Arbeitseinteilung bei dieser Dreimännerarbeit erfolgt ist, aber in jedem Falle hat es der am leichtesten gehabt, der die Handlung erfunden hat. Sie läßt sich in einem Satze erzählen. Ein reicher Sozialist erklimmt den höchsten Gipfel politischer Würden, weil er seinen demokratischen Stolz den Umständen anzupassen weiß; ein König betrügt ihn mit seiner Maitresse, und er steigt vom Deputierten zum Minister auf; der König betrügt ihn mit seiner Frau, und er tauscht als anerkannter Diplomat für seine häusliche Ehre einen dem Vaterlande vorteilhaften Handelsvertrag ein. Im Grunde ist dieser Schlußeffekt nicht sehr verschieden von der Schlußszene des “Alibi”; in beiden Stücken opfert der Held seine Ehre und seinen Stolz fürs allgemeine Wohl. Nur daß in der satirischen Übertreibung belustigend wirkt, was uns als ernstgemeinte Phrase verstimmt. Freilich ist die Handlung nicht das Wichtigste an diesen “König"; er brilliert vielmehr, wie andere Herrscher auch, durch Worte. Eine Fülle guter Witze ist über dies Scherzspiel ausgestreut; höchst ergötzliche Einfälle, die zwar nicht immer neu, aber stets sehr wirkungsvoll modernisiert sind, lassen einige ermüdende Längen vergessen. Zu diesen Einfällen gehört die Wahlrede des Deputierten, die er für seine Wähler in einen Phonographen gesprochen hat; wünscht sich eine Deputation über die politischen Ueberzeugungen der Herren Abgeordneten zu informieren, so zieht der Sekretär den Apparat auf, und die politische Walze schnurrt ihre Gelöbnisse und Ideale ab. Ein anderer Spaß ist der Besuch des Königs Jean IV. von Cardagne beim “Präsidenten des Senats". Wenn nämlich in diesem Schwank-Paris ein fremder Monarch sich von den repräsentativen Pflichten ein Stündchen bei einer schönen Dame ausruhen will, dann heißt es offiziell: „Seine Majestät stattete dem Präsidenten des Senats einen Besuch ab.” Diese harmlose Meldung hat der geschickte Ministerpräsident eingeführt, um sich unauffällig über die diskreten Vergnügungen seiner gekrönten Gäste unterrichten zu lassen und den Ueberwachungsdienst organisieren zu können, den Souveräne auch in den privatesten Augenblicken ihres Lebens nicht entbehren dürfen. In diesem Fall ist der “Präsident des Senats" eine schöne Schauspielerin, die, ganz wie Madame Cécile Sorel, in ihrem Hause alle Staatsmänner der Republik empfängt. Unter ihren Gästen wirkte eine gelungene Pelletan-Karikatur sehr drollig. Der Höhepunkt des Stückes und der Aufführung war aber der große Empfang im Schlosse des Deputierten, der das Glück hat, den ihm im vorigen Akt wahlverwandt gewordenen König unter seinen Gästen zu sehen. Hier konnten der ganze szenische Glanz dieser Bühne entfaltet und zugleich eine Parodie des republikanischen Zeremoniells gegeben werden, die wahre Lachstürme hervorrief. Daß der Komiker Brasseur in der Titelrolle eine diskrete Aehnlichkeit mit dem liebevollen Leopold von Belgien zu erzeugen wußte, galt nicht als Majestätsbeleidigung; viel eher hätten sich die sozialistischen Majestäten beleidigt fühlen können, die auf der Bühne so grausam verspottet wurden. Aber sie waren unparteiisch genug, mitzulachen. Von der rühmlichen Darstellung berichtete schon das Telegramm. Die künstlerisch feinste Leistung gab der Komiker Max Dearly in einer geistreichen Parodie auf Sherlock Holmes. Am meisten Beifall fand jedoch Madame Lavallière, deren unverblüffte Charakterdarstellung zwar überaus derb ist, vielleicht aber gerade deshalb in dem graziös abgemessenen Pariser Bühnenstil ihre Wirkung tut. Paul Blook. (Berliner Tageblatt 30.4.1908)

                 —————————————————————

Ah, rien n'est plus joli Qu'un joli duo, Si ce n'est un joli Trio, chantèrent naguère — sur l'exquise musique de M. Claude Terrasse — dans le Sire de Vergy MM.. Gaston de Caillavet et Robert de Fiers. Peut-être prévoyaient-ils alors déjà qu'ils s'adjoindraient un jour la collaboration de M. Emmanuel Arène et voulaient-ils célébrer longtemps d'avance cet heureux événement par un lied bien senti... Toujours est-il que le trio s'est montré à la hauteur du fameux duo — et que le succès du Roi ne le cédera en rien à ceux du Cœur a ses raisons... de Miquette et sa Mère et de l'Amour veille. Le Roi est une œuvre, avant tout, de fantaisie; elle est satirique, mordante, vive, pimpante, allègre, et nos gouvernants, comme les vieux légitimistes du Faubourg, y sont traités ainsi qu'ils le méritent. Vous pouvez penser qu'ils prennent pour leur rhume toute une boite de pastilles Valda... Le député socialiste Bourdier — qui ne ressemble pas du tout à M. Berteaux — a quelques beaux millions et cela ne l'empêche point du tout de vivre en parfait accord avec ses opinions. Il a une charmante, une amusante petite femme, Marthe, une ancienne midinette, et —d'un premier lit — une fille, la gentille Suzette. Bourdier est un homme heureux. Cependant, il voudrait marier Suzette à Sernin de Chamarande, le fils du vieux marquis, réactionnaire enragé. Les enfants s'aiment. Mais le marquis n'accepte pas cette mésalliance et il refuse son consentement à Bourdier avec une insolence extrême et d'excellente compagnie. Bourdier, pour se venger, chipe au marquis sa maîtresse, la belle comédienne Thérèse Marnix. Seulement, Thérèse est une femme pour souverains — je veux dire que chaque fois qu'une Majesté masculine honore notre capitale de sa visite, c'est généralement chez Thérèse Marnix qu'elle descend... ce qui est une façon, espérons inexacte, de parler. Le roi de Cerdagne vient donc voir l'actrice. Il fut autrefois son amant passés. Et Bourdier surprend bientôt son amie dans les bras royaux de Sa Majesté,— très peu culottée. Jean IV — tel Julien — n'est pas un ingrat. Il doit une compensation à Bourdier; il va la lui donner — et il invite notre socialiste à le convier à une grande chasse sur ses terres. Chasse où Bourdier sera le principal gibier — gibier à cornes — car le roi réservera à Marthe, l'épouse du député, le même sort qu'il a fait à sa maîtresse. Donc, encore une fois, Bourdier surprend Jean IV en conversation galante avec quelqu'un qui le touche de très près. Bourdier veut boxer le roi. Les ministres — invités eux aussi à la chasse — l'en dissuadent. Pourtant, Corneau, le ministre du Commerce, — je crois, — un vieux républicain rougi sous le harnais, qui ignore l'usage des polissoirs et des éponges — ces superfluités de l'hygiène — mais connaît fort bien en revanche la façon de mettre à sac un buffet ou une buvette, — je vous défends de voir dans ce personnage la moindre ressemblance avec M. Pelletan, — Corneau l'intègre et l'absolu donne raison à Bourdier contre le roi. Une discussion s'ensuit entre Corneau et les autres membres du cabinet, Corneau donne sa démission — et on obtient que Bourdier se taira et ne fera point de scandale en lui concédant le portefeuille rendu par Corneau. Le Roi est admirablement interprété. M. Brasseur a dans le rôle de Jean IV beaucoup d'allure, beaucoup de bravoure et une barbe flave et slave qui fera rêver bien des spectatrices. Il a de plus trouvé un accent russe d'un effet souvent irrésistiblement drôle. M. Guy a joué le marquis de Chamarande avec son impeccabilité et son humeur ordinaires. M. Numès a donné au socialiste Bourdier son encolure presque athlétique et tout son talent. M. Prince fait un président du Conseil très Clemenceau. M. Simon évoque assez la bonne figure de M. Dujardin-Beaumetz. M Moricey — Corneau — se montre absolument impayable. Et MM. Petit, Bernard et Blanche tiennent avec correction de moindres rôles. Du côté des dames, Mme Marcelle Lender a été une Thérèse Marnix souverainement belle et très distinguée, et Mme Amélie Diéterle une Suzette de la candeur la plus agréable. Mmes Médal, Dorlac, Rolla — rien d'Alfred de Musset — et Frémont sont charmantes. Mais il faut mettre hors pair Mme Eve Lavallière et M. Max Dearly qui ont obtenu — celle-là dans le joli rôle de Marthe, celui-ci dans le personnage d'un policier inénarrablement fantaisiste — le plus grand succès de leur carrière triomphale. Ils se sont surpassés en la circonstance et tout Paris viendra les applaudir et se délecter de leurs reparties et de leurs trouvailles. (Le Journal amusant, 9.5.1908)